histoire de noel

Publié le

histoire de noel
Un article qui date un peu, vu la saison... bonne re-lecture.

Histoire de noël

Les chevaux ont des sabots qui peuvent fouler le givre et la neige; ils ont un pelage qui les protège du vent et du froid. Ils broutent l’herbe, boivent de l’eau, lèvent leurs pattes et sautent. Telle est la véritable nature des chevaux. Ils n’ont que faire des carrousels et de vastes écuries. Un jour Po-Lo apparut et déclara; - «Je sais dresser les chevaux». Il brûla et tordit leur poil, rogna et marqua leurs sabots; il les brida et les entrava. Puis il les attacha dans une écurie parquetée de lits de branches de bois. Deux ou trois chevaux sur dix moururent. Il les fit souffrir de la faim et de la soif; il les fit trottiner et galoper; il les aligna et les disciplina; il tortura leur bouche avec le mors et cingla leur croupe avec la cravache. Plus de la moitié des chevaux en succombèrent.

Le premier potier déclara. - « Je sais manier l’argile ». Il utilisa le compas pour les formes arrondies et l’équerre pour les formes carrées. -

Le premier charpentier déclara : « Je sais travailler le Bois ». Avec le crochet il fabriqua les parties courbes et avec le cordeau les parties droites. La nature de l’argile et celle du bois se soumettent-elles au compas et à l’équerre, au crochet et au cordeau? Cependant, on répète depuis des générations que Po-Lo sait dresser les chevaux, que le potier sait manier l’argile et que le charpentier sait travailler le bois.

Telle est l’erreur de ceux qui veulent gouverner le monde.

Tchouang Tseu

« de ceux qui veulent gouverner le monde », et aussi surtout de ceux qui veulent se gouverner eux-mêmes, serais je tenté de rajouter... De là la profonde ambigüité à vouloir faire quoi que ce soit dans le sens d’un changement nous concernant. Car dans cette histoire qui fait quoi et à qui ? Or, dans une optique de

1 : réunification de la personne et

2 : absence de volonté propre (le fameux « non agir » taoïste),

comment pour autant continuer de trouver la motivation dans la pratique ? A moins de croire –encore- au père noël ? C’est sur cette interrogation que je vous souhaite un excellent passage à la nouvelle année et vous attends avec plaisir pour de nouvelles découvertes.

Yves Lorand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article