Le prix à payer

Publié le

Le prix à payer

Du prix à payer...

Un cours de qigong, c'est aussi un prix à payer! Alors, quel est le juste prix? Comment évaluer le prix du "produit" qigong?

Puisque tout se paye, et que le qigong est un produit comme un autre, comment évaluer le prix d'un stage, d'un cours, d'une formation?

En général, avec l'argent, j'achète quelque chose. Un objet, un service, une prestation, de la nourriture, du plaisir, un savoir faire...

Dès lors, qu'est ce que j'achète lorsque je m'inscris à un cours de qigong?

Un savoir faire? Des techniques? Un enseignement, me direz vous, élèves ou futurs élèves.

Vous qui avez été marqués depuis l'enfance par l'idée que d'un coté, il y a un maître, sur l'estrade, qui possède un savoir, et en face, des rangées d'élèves ignorants qui viennent recevoir ce savoir.

Et donc, "naturellement", on parle d'écoles de qigong, et de maîtres de qigong.

Dans ce contexte, quoi de plus normal qu'un échange d'argent, entre celui qui vient chercher un savoir, et celui qui possédant ce savoir consent à le donner!

Et l'on en revient à la question initiale: Quel est le prix à payer?

Hors, tout pratiquant un peu avancé de qigong le sait bien. Les progrès qu'il a pu faire au fil de sa pratique ne se sont pas manifestés en terme d'acquisitions.

Lorsqu'il tentera de vous faire partager ses expériences, voici les mots que vous entendrez: J'ai abandonné ceci, j'ai lâché cela, çà s'est ouvert ici, çà s'est détendu là.

Aie! Nous voilà bien embarrassés! Car entendant cela, l'élève se dit: "Je ne vais tout de même pas payer pour perdre quelque chose que je possède, à laquelle je tiens, grâce à laquelle j'existe".

Payer pour acquérir d'accord, mais payer pour perdre, pas d'accord.

A moins qu'il ne rentre dans un système plus pervers. Genre ticket de loterie ou numéro de loto. Acheter du rêve en quelque sorte. Je paye une somme modique un bout de papier en espérant recevoir en échange la fortune.

Transcription: J'achète pour une somme modique la présence d'un maître qui -peut être- me guérira de tous mes problèmes, mes chagrins, mes peurs, mes maladies.

Quel mal y a t'il à çà me direz vous?

J'y vois personnellement un double danger:

-Pour l'élève, une position de dépendance, lui fermant toute opportunité de laisser s'ouvrir en lui ce qui ne demande qu'à éclore.

-Pour l'enseignant, une charge qui pèse sur lui, lorsque son seul souhait est de s'alléger pour mieux transmettre.

Car cet enseignant, sans doute, encore dernièrement, a vu dans les yeux d'un enfant de 5 ans, en un instant, toute la connaissance de l'humanité et l'énergie du monde. Et lui, homme déjà âgé, s'est senti comme un enfant ignorant, désemparé, mais aussi émerveillé.

Le prix à payer? Enorme, si tel l'avare de Molière, nous retenons notre cassette de nos doigts crispés.

Le prix à payer? En termes monétaires, cela devrait être, si l'on reste dans la logique des "marchés", un prix négatif, l'enseignant ayant à payer pour que ses élèves acceptent de lui vendre ce qui leur appartient.

Alors, le prix à payer? Et si l'on passait à autre chose!...En se rendant compte qu'à l'évidence, il n'y a rien à vendre, et donc rien à acheter!

Yves Lorand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article