Hui Neng le 6eme patriarche...

Publié le

Hui Neng le 6eme patriarche...

Hui Neng le 6eme patriarche...

Les premiers enseignements du Zen (en chinois Chan), furent propagé en chine vers l’an 500 par Bodhidharma, ascète bouddhiste venu de l’inde, désigné comme le 1er patriarche par les chinois.

L’enseignement fut transmis ensuite jusqu’au 5eme patriarche, Hong Ren, supérieur du monastère de Huang Mei, dans le nord de la chine. Voici l’histoire de Hui Neng, qui devint le 6eme patriarche.

Hui Neng, qui perdit son père très jeune, se retrouva dans la ville de Canton, au sud de la Chine, avec sa mère, à vivre dans la misère. Un jour qu’il vendait du bois au marché, il entendit un homme récitant un sutra (texte sacré bouddhiste), son cœur s’ouvrit et il connu l’éveil. Les circonstances firent qu’il put se rendre par la suite au monastère de Huang Mei afin d’y rencontrer le 5eme patriarche. Lorsque celui-ci le reçu, il sut que Hui Neng avait connu l’illumination. Cependant, ses origines, sa couleur de peau et sa situation sociale rendaient impossible la reconnaissance de l’état d’éveil de Hui Neng. Ceci aurait entrainé trop de jalousie auprès des proches disciples du maître et aurait mis sa vie en danger. Le 5eme patriarche lui ordonna donc de travailler comme domestique , de ne plus parler de la doctrine et de ne pas participer aux réunions.

Les mois passèrent, et un jour le maître réunit tous ses disciples et leurs dit : " Allez et cherchez la sagesse dans votre propre cœur et écrivez moi une stance sur ce sujet. A celui d’entre vous qui aura une idée d’ensemble de ce qu’est la nature propre, sera donnée la robe, insigne du patriarcat et je lui communiquerai l’enseignement. Je ferai de lui le 6eme patriarche". Cependant, tous les disciples, considérant que le patriarcat ne pouvait être gagné que par leur instructeur, le vénérable Shen Sui, renoncèrent à écrire quoi que ce soit. De son coté, Shen Sui, le professeur, était confronté à un dilemme. Proposer une stance pouvait signifier qu’il recherchait le patriarcat, ce qui était une preuve d’orgueil. D’un autre coté, s’il n’écrivait rien, comment le patriarche pouvait-il savoir qu’il avait atteint la connaissance? Il décida donc d’écrire sa stance incognito sur le mur du corridor et d’attendre la réaction du maître pour s’en déclarer l’auteur. Cette stance était :

Ce corps est l’arbre d’illumination.

Ce cœur est comme un miroir brillant.

Sans cesse nous les époussetons et essuyons.

Afin de ne pas y laisser s’attacher la poussière.

Le patriarche savait déjà que Shen Sui n’avait pas franchi la porte de l’illumination et ne connaissait pas sa nature propre. Cependant, il fit bruler de l’encens devant la stance et ordonna à tous ses disciples de lui rendre hommage et de la réciter. Puis, à minuit, il fit venir Shen Sui, lui demanda si c’était bien lui l’auteur. Il l’informa que la stance ne démontrait pas qu’il eut atteint l’éveil, et lui demanda de lui en soumettre une autre en lui disant : " Au cas où cette nouvelle stance démontrerait que vous avez franchi la porte de l’illumination, je vous transmettrai la robe et la doctrine (le dharma)".

Il advint par ailleurs que Hui Neng entendit un des disciples réciter la fameuse stance écrite sur le mur. Ne sachant ni lire ni écrire, il demanda au disciple de le conduire au corridor où était écrite la stance et lui demanda d’écrire pour lui à coté cette autre stance :

Il n’y a pas d’arbre d’illumination.

Ni cadre de miroir brillant.

Puisque, intrinsèquement, tout est vide,

Ou la poussière peut-elle s’attacher ?

Lorsqu’ils lurent ceci, tous les disciples en furent remplis d’admiration. Voyant cela, le patriarche effaça la stance avec sa chaussure en disant qu’elle ne valait rien, car il craignait toujours pour la vie de Hui Neng. Puis en secret, il le convoqua la nuit, lui transmis l’enseignement, la robe et le bol de mendiant, en lui ordonnant de quitter le monastère et de partir immédiatement et en secret vers le sud.

C’est ainsi que Hui Neng devint le sixième patriarche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article