CHEN QI FA

Publié le

CHEN QI FA 抻气法

 

INTRODUCTION

Chen Qi Fa, la « méthode pour étirer (to stretch en anglais)  le Qi », est un des 8 exercices de la méthode « Lian Qi Ba Fa » du Zhi Neng Qi Gong.

Cependant, Chen Qi Fa est pratiqué dans toute la Chine en dehors de tout lien avec une école ou un Qigong en particulier. Elle est en effet très efficace pour mobiliser, stimuler et unifier le Qi dans tout le corps. Sa pratique assidue amène très rapidement des changements bénéfiques pour la personne, quelle que soit son état de santé. Chen Qi Fa est bien entendu particulièrement indiquée pour renforcer le cœur, les poumons, la région cervicale et pour rendre aux épaules et au dos une détente profonde et une posture correcte.

Pour le pratiquant de Qigong, en plus des bénéfices sur le bien être et la santé, Chen Qi  Fa amène  rapidement des sensations  liées à  l’énergie qui circule dans les doigts, les mains, les bras et après un peu de temps, également, par les cotés du corps jusque dans les jambes.

Pour beaucoup de pratiquants qui ont peu ou pas de sensations énergétiques, Chen Qi Fa leur en « ouvrira » rapidement l’accès !

Dans le foisonnement des multiples formes, techniques et méthodes de Qigong, Chen Qi Fa est un trésor bien caché !

LA PRATIQUE

« Les bras sont tendus de chaque coté du corps, à 45°. Pliez les poignets et poussez les paumes des mains vers l’extérieur avec un peu de force, mais pas trop. Garder les doigts tendus tout en tirant le bout des doigts vers les épaules. Les doigts sont séparés. Les mains sont redressées et se placent au niveau du nombril. De cette manière la sensation de Qi est plus forte. Tirer les épaules et relâchez, tirez, relâchez, et continuez ainsi. Vous sentirez le Qi sortir entre vos doigts quand vous relâchez les épaules. Avec un peu de pratique, vous sentirez aussi le Qi montez par les doigts et à travers les bras quand vous tirez  les épaules. » Dr. Pang Ming

Si l’on peut, il est préférable de pratiquer debout, les pieds joints, le corps et l’esprit en place pour la pratique du Qigong. Cela sera plus favorable à la diffusion du Qi dans le bas du corps.

La pratique assise reste toutefois possible et est préconisée en cas de faiblesse trop importante. Pour l’assise, en plus des préconisations habituelles, on veillera à bien relâcher le ventre ainsi que le bas du dos, qui restera naturellement cambré. 

Les bras sont à 45°, les poignets se trouvent ainsi au niveau de la taille (nombril). Les coudes doivent rester bien tendus pendant la pratique. Le mouvement consiste à contracter les épaules vers l’intérieur et à relâcher en poussant vers l’extérieur.

On sollicite les omoplates et le dos quand on « tire », on contracte les épaules légèrement, le mouvement ne consiste pas à « hausser les épaules », cela doit rester dans l’axe du bras. Pour cette raison, le bras doit être à la bonne hauteur. Trop haut, au niveau des épaules, les omoplates ne pourront pas monter. Quand elles rentreront, l’énergie restera bloquée au niveau du cou, sans aller dans la tête. Trop bas, au dessous du nombril, le sang et le Qi vont rester bloqués dans le bas du corps.

Quand on détend, on « pousse » avec la base des doigts, pas avec la paume ou le poignet. Lorsque l’on « tire », le centre de la paume se détend, mais la main et les doigts restent bien redressés. Quand on « pousse », on ouvre les centres des paumes. Il faut bien redresser les doigts pour sentir le Qi circuler. Si on met trop de tension dans les doigts, cela va atténuer les sensations. Il faudra dans ce cas relâcher très légèrement la tension pour sentir à nouveau le Qi pulser jusqu’au bout des doigts. Pendant les mouvements, les doigts et les épaules restent bien reliés par la pensée, les mouvements des uns et des autres sont bien synchronisés. Quand on contracte les épaules,  tirez les doigts vers celles-ci. En poussant, laisser le Qi descendre dans le bras. L’esprit reste bien concentré sur les mouvements.

La durée de pratique minimum recommandée est de 14 minutes, ce qui peut représenter un exploit lorsque l’on aborde Chen Qi Fa. Les douleurs qui apparaissent en effet dans le cou et les épaules pendant les toutes premières minutes sembleront insurmontables à certains débutants. Ces sensations sont normales et habituelles. Elles ne doivent pas interrompre l’exercice. Ralentir ou augmentez le rythme, diminuer ou augmenter l’intensité du mouvement, et surtout continuer encore un peu, quelques minutes. Il est possible pour démarrer de limiter la durée à 7-10 minutes, mais très vite vous sentirez que les premiers obstacles s’écartent et que la douleur s’attenue au fil du temps. Une pratique de 14 minutes devient alors la norme. C’est la durée nécessaire pour permettre à Chen Qi Fa de faire circuler l’énergie dans tout le corps.

Le rythme est généralement fixé autour de 90 mouvements par minutes. Certains utiliseront une musique, spécifique à cet exercice, pour rythmer leur pratique. Cela peut aider à fixer le mental et à rentrer plus aisément dans une durée de pratique plus importante.

Lorsque l’on pratique, seuls les bras et les épaules travaillent. Les jambes et le reste du corps sont tranquilles. Pensez à bien détendre la nuque et « sortir la tête des épaules ».

La respiration est naturelle, éventuellement au rythme des mouvements et de la musique.

Comme pour toute pratique interne, l’attention restera portée sur la bonne exécution des mouvements, et aussi sur la circulation de l’énergie dans le corps. L’idée générale est de rester concentré sur ce que l’on fait, en accordant plus d’attention au mouvement des épaules et des bouts des doigts. En même temps que les épaules, portez également attention à l’intérieur de la tête. On dit : « une lumière dans la tête et une sur chaque épaule (三盏性灯) ». Quand vous rapprochez les omoplates, tirez bien les doigts vers les épaules. Quand vous relâchez, laissez le Qi « s’étirer » jusqu’au bout des doigts en ouvrant bien le poignet et la partie entre la paume et les doigts. Cela crée une sorte de boucle ou l’énergie circule facilement. En intérieur, il est recommandé de pratiquer les yeux fermés. Lorsque l’on pratique en extérieur, l’attention est portée aux endroits éloignés, le ciel, la nature. Portez le regard au loin tout en gardant l’attention sur le mouvement. Vous pouvez aussi vous concentrer sur un point éloigné pendant quelque temps, puis ramener votre esprit à l’intérieur du corps.

Pour finir la pratique, ramener les mains sur le nombril et rester tranquille un instant.

ACTION ET INDICATIONS

Le mouvement  travaille essentiellement sur les méridiens Vessie et Gouverneur (Du Mai). Mais en faisant Chen Qi, on ouvre aussi tout le corps à la libre circulation du Qi. Bien entendu, c’est la région concernant les vertèbres dorsales D1 à D5 qui est la plus sollicitée par l’exercice. Les points d’acupuncture importants que l’on stimule en particulier sont : Da Zhui, « grosse vertèbre », point de jonction de toutes les chaines Yang du corps ; Shen Zhu, « colonne ou pilier du corps » point clé de détente du corps et Gao Huang Shu, (V 43) : « C'est un point curieux. Il a une très vieille histoire et il est mentionné dans un des tout premiers ouvrages qui fait référence à l'acupuncture. Son nom est difficile à traduire. La combinaison des deux caractères évoque l'espace compris entre le Cœur et le diaphragme, supposé être le lieu de toutes les pathologies chroniques et généralement incurables. Ce point tonifie le Qi du corps entier… (Source : zhongyi.net) »

Les indications sont liées à la pratique : L’action sur le rachis cervical et thoracique, avec un bénéfice pour le cœur, la tête et les poumons… Citons donc pêle-mêle : acouphènes, problèmes de vision, hypertension, arthrose cervicale, prévention de l’AVC…

POUR ALLER PLUS LOIN …

Augmenter la durée de pratique  qui  se situera entre 15 et 30 minutes, voire plus…

En même temps qu’un inconfort qui peut s’avérer au début difficilement supportable dans la région des épaules et de la nuque,  les yeux peuvent aussi être affectés… Il est recommandé de masser les yeux de la manière suivante à la fin de la pratique, pour disperser la colère (Qi ) des yeux. Tournez avec le bout des majeurs sur Yintang entre les sourcils, le bout des annulaires sur Jingming (V1) au coin des yeux et les pouces sur Taiyang au creux des tempes. Tournez 9 fois vers l’intérieur et 9 fois vers l’extérieur.

Pour terminer l’exercice, l’on peut pratiquer un certain temps la méthode La Qi : Les coudes de chaque coté touchent les côtes, les avants bras à l’horizontal, prendre un ballon de Qi entre les mains et le faire tourner. Puis, toujours en gardant les coudes en place, écarter et ramener les mains devant soi. On écarte aussi largement que le permet le maintien des coudes en place, la « gueule du tigre » ouverte et à plat.

Il est important d’adapter l’amplitude du mouvement. Au début le mouvement  peut être important, et progressivement devenir de plus en plus réduit. Ainsi l’on ressentira mieux le mouvement de l’énergie qui deviendra de plus en plus fort.

Il est possible de varier le « tempo » en réduisant la vitesse ou en l’augmentant. En diminuant la vitesse, la respiration peut suivre chaque  mouvement : inspirez en « tirant » et  soufflez en « poussant ». Dans ce cas, l’inspire peut s’accompagner d’une légère contraction de l’abdomen et du périnée pour accentuer la sensation de l’énergie dans tout le corps.

Lorsqu’on a pratiqué un certain temps avec les mains ouvertes et les bouts des doigts tirés vers l’épaule, l’on peut avoir une sensation de liberté dans le dos et les bras, mais sentir les mains et les doigts engourdis et gonflés. Dans ce cas, il est bon de pratiquer un peu la main à plat dans l’alignement du bras, la « gueule du tigre » ouverte. D’un seul coup, le Qi sortira naturellement des doigts. Alternez les deux pratiques pendant un certain temps.

Lorsque après suffisamment de temps, le Qi rentre et sort librement et que la sensation concerne tout le corps, à ce moment on peut commencer la pratique avec le poing fermé, le pouce à l’intérieur, les doigts repliés dessus. Ainsi, l’énergie restera à l’intérieur. 

Voici quelques liens en rapport avec cette pratique:

https://www.youtube.com/watch?v=Zg70eQOcgfE

https://www.youtube.com/watch?v=LcuU-xhv068

POUR CONCLURE

S’il est possible de « clore » un exposé comme celui-ci, il n’est jamais possible de « clore » une pratique. Au fil de temps qui passe, la pratique s’enrichie, se développe, rencontre des obstacles, trouve des solutions, découvre des territoires inexplorés.

C’est sans fin…

Je vous souhaite de rentrer très vite dans la pratique de Chen Qi Fa !

Yves Lorand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article