LA QI FA

Publié le

                                                                  

LA QI FA   拉气法

 

 

INTRODUCTION
 
« La » signifie « tirer, transporter, faire venir, attirer » et le « Qi » se réfère ici au Qi externe, donc celui qui est situé à l’extérieur du corps. La Qi Fa signifie donc : La méthode pour faire venir le Qi extérieur à un endroit spécifique, qui peut être situé dans son propre corps, le corps d’un patient, mais également un animal, une plante et même une machine, avec en commun l’intention sous jacente de leur rendre leur état normal de fonctionnement. Autrement dit, la santé. Et La Qi va améliorer votre santé d’une manière considérable. En Chine, cet exercice est le premier, et souvent le seul, que l’on enseigne aux patients atteints de toutes sortes de maladies, y compris incurables. Et çà marche ! Comment une technique aussi simple peut elle être à ce point efficace ?
 
LA THEORIE
 
Utiliser le Qi de l’univers pour la guérison est une des spécificités majeure du Zhineng Qigong. D’un point de vue théorique, tous les mouvements du Qi dans l’univers peuvent être classés en 7 catégories, 7 actions. Ce sont : Ouvrir Fermer. Rassembler Disperser. Entrer Sortir. Transformer. Soit 3 couples d’actions antagonistes et une septième, qui est le changement, la transformation. L’être humain exprime et manifeste les lois de l’univers. Certes, l’énergie dans le corps suit des mécanismes complexes, à cause de la multiplicité des mouvements et des fonctions. Pourtant, et en dépit de cette complexité, toutes les fonctions du corps peuvent être décrites à travers ces 7 actions. Aussi, la base théorique de La Qi est la loi des 7 actions du Qi. Qu’une seule de ces actions soit entravée, que les processus de transformations et d’échanges soient perturbés, et la maladie va survenir. Aussi, quelque soit le degré d’une maladie, l’on peut considérer qu’elle est causée par une déficience d’une de ces 7 actions du Qi. Lorsque l’on effectue La Qi, lorsque les mains s’écartent et se rapprochent, le Qi également s’ouvre et se ferme, se condense et se disperse, entre et sort, et donc se transforme et se modifie. Le fonctionnement  du corps redevient normal.
LA PRATIQUE
 
Pour s’entrainer, quand on débute, il est conseillé de pratiquer assis confortablement, sur un tabouret, ou au bord d’une chaise.  Par la suite, l’on pourra pratiquer debout. Détendre le corps, tout en gardant le dos droit, fermer doucement les yeux, ou les garder mi-clos, relâcher les yeux. La respiration reste naturelle. Amener les deux mains, face à face, devant l’abdomen, à peu près au niveau du nombril. La distance entre les mains peut être plus ou moins grande, de quelques centimètres à une vingtaine de centimètres, pas plus. Les bouts de doigts se font face, mais ne se touchent pas. Les doigts dirigés vers l’avant. En plaçant son attention entre les mains, relâcher les mains, les bras, les épaules. Tout le corps est relâché, le périnée est tenu, ainsi que le sommet du crâne. Puis écarter les deux mains l’une de l’autre, en les gardant face à face, en ouvrant très légèrement les paumes. Relâcher en ramenant les mains à la position initiale. Et ainsi de suite. Faire le mouvement avec les coudes et les épaules. Pas seulement avec les mains (A un niveau plus avancé, le mouvement concerne le corps tout entier et part directement de Mingmen)
Dans le mouvement « ouvrir », plutôt dirigé par les coudes, les membres supérieurs suivent l’intention de l’esprit qui s’étend vers l’immensité de l’univers, vers l’horizon, vers le bleu du ciel. Dans le mouvement « fermer », plutôt dirigé par les mains, les membres supérieurs suivent l’intention de l’esprit de « ramener » l’univers, l’horizon, le bleu du ciel entre les mains. Ici se situe l’essentiel de la pratique, sans lequel le mouvement serait vidé de son sens et de ses effets. En « ouvrant », pensez à l’univers infini, ouvrez depuis l’intérieur du corps jusqu’aux confins de l’univers. En « fermant », ramenez votre esprit entre les mains, jusqu’à l’intérieur du corps.
Avec un peu de pratique, on commencera à sentir « quelque chose » entre les mains. Il s’agit du Qi qui peu à peu se forme et se condense, comme une balle. Quand on écarte, cette force retient les mains entre elles, quand on ramène les mains, cette force les empêche de se rapprocher plus. L’on peut alors, soit continuer la pratique, sans limitation de durée, en  pensant à la globalité de son propre corps rempli d’énergie de guérison, détendu, ouvert et vivant ; soit utiliser l’énergie accumulée entre les mains pour la guérison et le soin, pour soi même ou pour autrui.
Dans tous les cas, toujours terminer la pratique en ramenant les mains sur le nombril pendant quelques instant.     
 
Voici deux vidéos en lien direct avec la pratique LA QI  :                                              
 
 
USAGE THÉRAPEUTIQUE
 
Avec l’habitude, il n’est plus forcement nécessaire de faire La Qi devant l’abdomen au préalable. On fera directement La Qi à l’endroit où se situe le problème. Si l’on se traite soi-même, il peut être nécessaire, après avoir pratiqué devant l’abdomen, de séparer « le ballon » de Qi en deux ballons, un dans chaque mains, avant le traitement. Si, par exemple, vous vous occupez de l’épaule de quelqu’un, mettez les mains de part et d’autre de l’épaule, et effectuer La Qi, en ayant uniquement l’intention : « les fonctions de l’épaule sont normales ». En fait, il faut faire comme si l’épaule n’existait pas, imaginer le vide. Ne pensez surtout pas au problème à résoudre. Pensez juste à concentrer l’énergie de l’univers entre vos mains en pensant « tout est normal ». A aucun moment vous n’utilisez votre propre énergie. Cela s’appelle utiliser le Qi externe pour la guérison. Ce qui est décrit pour l’épaule peut être fait pour toute autre partie du corps ou pour tout le corps. Cela peut être aussi  fait à distance. Cela peut être fait également pour un groupe de personnes, pour les animaux, pour les plantes, les cultures, y compris pour les machines…    Utiliser le Qi de l’univers pour la guérison est une des spécificités majeures du Zhineng Qigong.
 
VARIANTE
Il existe une manière spécifique de pratiquer La Qi, avec les bras et les coudes qui restent collés au corps. C’est un des 8 exercices de la méthode « Lian Qi Ba Fa » qui suit immédiatement la pratique de «Chen Qi Fa ». L’on se reportera à cet exercice pour le détail des mouvements…
 
POUR CONCLURE
 
La Qi peut être pratiqué par des personnes de toutes conditions, y compris des personnes âgées ou alitées. Il peut être effectué sans  les mouvements, juste par la pensée. Il peut être effectué n’importe où, n’importe quand. De la même manière que vous respirez tout le temps, en permanence, quel que soit votre condition. Quand vous inspirez, utilisez votre esprit pour faire rentrer le Qi de l’univers à l’intérieur du corps. Quand vous expirez, laissez votre esprit s’étendre dans l’univers. Beaucoup de gens disent ne pas avoir de temps pour pratiquer le Qigong. Mais si vous comprenez vraiment ce qu’est la pratique du Qigong, vous pouvez pratiquer à tout moment, tout au long de la journée. La respiration est juste un exemple que l’on donne pour illustrer la pratique de La Qi. La Qi est totalement indépendant de la respiration, puisqu’il est réalisé par l’esprit. Ne cherchez donc pas à effectuer La Qi en suivant le rythme de votre respiration. Mais, de la même manière que vous respirez, ainsi vous pouvez pratiquer La Qi tout le temps, dans toutes vos activités, y compris en dormant. C’est de cette manière, par la pratique assidue de La Qi Fa, que vous rentrerez de plein pied dans la véritable pratique du Qigong.
Celle où le Qigong fait partie intégrante de votre vie. A ce moment, l’on ne « fait » plus du Qigong puisque l’on est en permanence en état de Qigong !
 
Yves Lorand
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article