La méthode assis jambes tendues dans le ZNQG. 1

Publié le

La méthode assis jambes tendues

dans le ZNQG. 1

ZHI TUI ZUO FANG SONG FA

 直腿坐放松法

 

INTRODUCTION

Cette méthode diffusée par maître Pang Ming, dans le cadre général du Zhi Neng Qigong, est peu connue, peu enseignée et donc peu pratiquée de nos jours. Le texte chinois (disponible notamment sur le site www.znqg.com, comme l’essentiel des ouvrages, commentaires et conférences de Pang Ming) est conséquent, puisque comportant plus de 40,000 caractères. Wei Qi Feng et Patricia Fraser en ont proposé une traduction partielle en langue anglaise dans leur ouvrage « Later methods Zhineng Qigong and Taiji ».

La méthode complète comporte trois étapes principales.

La première étape vise à détendre la taille et à amener le Qi au point Mingmen afin de le condenser et le raffiner. Par « taille », il faut entendre les articulations entre les vertèbres lombaires, le sacrum, le bassin ainsi que les hanches. C’est donc toute la région du bas du dos, du bas ventre et des hanches qui est amenée à se détendre en profondeur.

La deuxième étape  consiste à faire sortir et à utiliser le Qi initialement ramené au point Mingmen pour ouvrir et fermer les membranes du corps. Par membranes il faut comprendre ici tout ce qui sépare, entoure et relie les différentes composantes du corps. Cela concerne aussi bien la peau, les muscles (l’on parlera ici de fascias…), les os, les organes ainsi que les cellules elles mêmes.

Enfin, la troisième étape consiste à ramener le Qi dans les organes internes et les viscères.

Le texte nous indique par ailleurs que la méthode complète est divisée en dix étapes, et qu’en travaillant chaque étape pendant trois mois, l’on peut donc « boucler » l’ensemble du processus en trois ans!

Nous aborderons donc ici, modestement, dans cette première série d’articles, le début de la première étape, consistant à ouvrir Mingmen  et à ramener le Qi au Dantian par l’exercice de la force vive pour les membres inférieurs, xiàzhī míng jìn liànxí 下肢明劲练习

DESCRIPTION

La méthode consiste à s’asseoir droit, les jambes étendues devant soi, et en utilisant mingjin  明劲 la force vive - on utilise également le terme gāngjìn 刚劲, la force dure  - à rétracter progressivement le Qi du corps entier vers le Dantian (Mingmen) grâce à la contraction énergique des muscles. Cette pratique de Mingjin, qui utilise la contraction forcée des muscles pour rétracter le Qi du corps entier étape par étape est issue du Xinyiquan 形意拳.

La méthode commence par une série d’exercices de préparation. Ensuite, pour la pratique proprement dite, on utilisera deux postures différentes selon le niveau. Pour les débutants, le dos sera relâché pendant la pratique. Au bout d’un certain temps, on pourra pratiquer avec le dos bien droit. Cette pratique comporte quatre phases qui seront mise en œuvre l’une après l’autre, au fur et à mesure de la progression.

On terminera par une série d’exercices de clôture.

Il faut compter au minimum deux heures pour réaliser l’ensemble de la méthode « assis jambes tendues », et ce bien sûr quotidiennement.

Sans doute faut-il voir en cela l’une des principales raisons pour laquelle cette méthode est si peu connue et pratiquée !

PREPARATION  

Il y a deux aspects à considérer lors de cette préparation. L’un est la préparation mentale, l’autre est la préparation physique.

1. Tête de la grue et du dragon*.  Hè shǒu lóngtóu 鹤首龙头

Assis jambes tendues, les cuisses, les genoux ainsi que les fesses sont le plus possible en contact avec le sol, les pieds et les genoux se  touchent, les orteils sont légèrement tirés vers vous. Mettez les mains sur les genoux. Essayez de vous assoir bien droit. Relâchez les épaules et videz les aisselles. Les épaules se détendent et se placent naturellement en bas. Après avoir installé la position assise, concentrez-vous sur l’exécution des têtes de grue et de dragon par trois fois afin de d’amener le Qi dans la tête et de concentrer votre esprit. Il s’agit là de « l’unité de l’esprit et du calme » mentionnée dans : « Sur l’utilisation du corps entier ».

*pour la description de ces 2 mouvements, l’on se référera à la méthode xing shen zhuang, « deuxième » méthode du ZNQG.

2. Tambour céleste. Míng tiān gǔ 鸣天鼓

Monter les mains vers le visage. Couvrez les oreilles avec les paumes et placez vos doigts sur l’arrière de la tête, au niveau de la région occipitale, puis tapez avec les index, les annulaires et les majeurs, dans cet ordre. Frappez ainsi continuellement pendant environ une minute, puis en utilisant les trois doigts ensembles, tapez trois fois. Pour finir, presser sur les oreilles avec les paumes et écartez soudainement de manière à créer un bruit (bip). En couvrant les oreilles, la conduction aérienne du son est entravée au profit de la conduction osseuse, le son est plus fort, comme le bruit du tonnerre, cela s’appelle Míng tiān gǔ. Ceci améliore les fonctions cérébrales. Avec cette méthode, l’esprit est clair et confortable, les capacités de concentration sont améliorées.

3. Eclairer l’esprit.  Tōng nǎo kāi zhì 通脑开智

Placer les deux mains l’une sur l’autre sur le dessus de la tête, tournez trois fois dans le sens des aiguilles d’une montre, trois fois dans l’autre sens, pressez vers le bas trois fois, puis soulevez les mains trois fois.

4. Affiner l’audition. Cōng ěr 聪耳

Redescendre les mains et placez les majeurs sur l’arrière des oreilles en appuyant sur les deux pavillons de manière à fermer les oreilles. Pressez les index sur les majeurs, puis dégagez les majeurs afin que les index viennent percuter l’arrière des oreilles en faisant un bruit « bang, bang… ». Faire ceci 24 fois. Les anciens appelaient également ce mouvement Míng tiān gǔ. (Dans les 12 « pièces de brocards » duàn jǐn : « Les tambours célestes  sonnent à droite et à gauche, à 24 reprises on les entend » Zuǒyòu míng tiān gǔ, èrshísì dù wén.)

Puis, amenez le bout des index en glissant vers le haut du pavillon des oreilles et jusqu’à l’intérieur du conduit auditif en suivant l’intérieur du pavillon. Faire pivoter les paumes vers l’avant de sorte que votre pouce et votre index soient en « bec de canard » et que votre index se déplace aussi loin que possible le long du conduit auditif jusqu’à ce que vous ne puissiez plus le bouger, puis vibrez vers l’intérieur. Tirez brusquement les index à l’extérieur pour faire un bruit (bang). Faire cela trois fois. Cet exercice ouvre l’esprit et améliore l’audition. A la fin, pincez et tirez sur tout le bord des pavillons en commençant par le haut et finir par les lobes.

5. Exercices des yeux. Yùndòng yǎnjīng运动眼睛

Formez le mudra de l’eau des reins (les petits doigts sont redressés, les autre doigts repliés avec les pouces dessus), les petits doigts joints sont devant le nez (les paumes vers soi), et en se concentrant sur les petits doigts, visualisez un cône formé par les doigts. Imaginez également une ligne passant par le milieu et montant au-delà des doigts. Ecartez les mains en suivant avec les yeux chaque petit doigt le plus loin possible en s’arrêtant au moment ou vous ne pouvez plus voir les voir. Ramenez alors les mains, toujours très lentement et régulièrement. Avant que les doigts viennent en contact, retrouvez la vision du cône. Lorsque vous voyez clairement le cône, écartez à nouveau les mains le plus loin possibles en utilisant la vision latérale avec chaque œil. Le plus loin vous irez, mieux ce sera. Si vous êtes bien concentrés, vos yeux s’écarteront et reviendront en même temps que le Qi  dans le corps. Donc, au lieu de simplement regarder vos doigts, vous devez également expérimenter les changements du Qi dans le corps. Faites ceci trois fois et finissez avec les petits doigts face à face, près des yeux, les paumes des mains tournées vers l’intérieur.

Puis, en gardant la tête immobile, montez les petits doigts en suivant avec le regard, aussi haut que possible. Quand vous ne pouvez pas monter plus haut, arrêtez-vous un instant, puis redescendez les mains pour ramener les doigts au même niveau que vos yeux. Montez et descendez ainsi trois fois. Faites la même chose cette fois ci en descendant et en ramenant les mains, également trois fois. Ensuite, en gardant les petits doigts au même niveau que les yeux, avancez les en dépliant les bras (environ 35 cm, soit les bras presque dépliés), puis ramenez les. Faites cela également trois fois. En faisant ces mouvements, vous mobilisez le Qi en synchronisation avec le mouvement des yeux. Au début, il est probable que vous ne ressentiez pas les mouvements du Qi. Continuez à pratiquer et sans y faire plus attention, en maintenant fermement votre intention, vous y parviendrez peu à peu. Les mouvements des yeux ont par ailleurs une action bénéfique pour la santé visuelle et  pour traiter les problèmes des yeux.

6. Massage du nez (litt: frotter et presser des endroits du nez). Bí bù róu àn鼻部揉按

Descendre les mains en repliant les petits doigts et appuyez dix fois sur les points d’acupuncture Yingxiang (i.e.de chaque coté de la base des narines)  en tournant vers l’intérieur et vers l’extérieur avec le bout des index. On pourra le faire plus longtemps si l’on a des problèmes de nez. Puis, en dirigeant les mains vers les narines, appuyer les index contre la cloison nasale* (sans fermer les narines) et frottez là dix fois dans les deux sens. Pour finir, descendre les mains et les placer sur le nombril, paumes l’une sur l’autre, le bout des pouces se touchant (Ding yin mudra, également appelé mudra du diamant).

*ces deux points, qui ne portent pas de noms, sont en relation avec les reins. « Points secrets » pour les taoïstes, ils sont sensés développer  les pouvoirs paranormaux. Les points Ying Xiang (20 GI) sont eux en relation avec les poumons.

7. Exercices de la bouche. Yùndòng kǒuqiāng 运动口腔

Claquez les dents de devant, les molaires gauches et les molaires droites 50 fois à tour de rôle, et à nouveau les dents de devant également 50 fois. Soit un total de 200 claquements. S’il y a un problème avec certaines dents, insistez davantage. En tapotant les dents, vous devez vous concentrer et utiliser votre esprit pour contrôler les mâchoires supérieure et inférieur en même temps. D’une part, la percussion des dents peut concentrer l’énergie, d’autre part elle peut renforcer les reins (les reins sont en lien avec le système osseux, et les dents sont des os). Dans le passé, le tapotement des dents était très important, on disait que le tapotement des dents de devant permettait de concentrer l’esprit, le tapotement des molaires gauches éliminait l’inquiétude et celui des molaires droites combattait le mal. On disait également la cloche dorée et le carillon de jade.

Après avoir frappé les dents, tournez la langue. La langue part du milieu des incisives supérieures et va vers la gauche, en bas, à droite et en haut (pour les hommes ; les femmes vont dans le sens opposé : à droite, en bas, à gauche en haut.  En raison de la différence entre le qi (masculin) et le sang (féminin), le sens de rotation est différent, mais comme ensuite on va dans le sens inverse, ce n’est pas très important si on se trompe). On fait trois tours dans un sens et trois tours dans l’autre sens. Après cela, le bout de la langue tape 50 fois à tour de rôle sur la mâchoire inférieure, la mâchoire supérieure et enfin sur les incisives. (Auparavant, on disait 72 fois). Lorsque vous tapez sur la mâchoire inférieure, visez le ventre entre le nombril et mingmen, au milieu ou un peu derrière, et lorsque vous tapez sur la mâchoire supérieure, visez la porte du ciel tianmen. Les anciens considéraient les points du bas, de devant et du haut comme des points très mystérieux. On disait alors que « l’ouverture des 3 serrures impériales (开三皇锁 kāi sān huáng suǒ) » - empereur du ciel, empereur de la terre, empereur de l’humain- ne devait pas être répétée trop longtemps au risque de créer des désordres. J’ai (Pang Heming, NdT…), moi aussi, utilisé la méthode traditionnelle et limité le nombre de répétitions par le passé. Cependant, par la suite, au fil des années, j’ai constaté qu’il n’y a pas de dommages si on le fait trop longtemps et qu’au contraire, pointer la langue sur ces points améliore la circulation du Qi.

Après avoir manœuvré la langue, il y a beaucoup de salive dans la bouche. A ce moment, rincez-vous la bouche avec la salive (la salive qui est crée quand vous êtes calme est fraîche et sucrée) et avalez en trois parties. En avalant, vous devez accompagner la salive avec la pensée jusqu’au point mingmen. En avalant la première gorgée, envoyez directement par le milieu du corps. La deuxième fois, envoyez en suivant un arc de cercle à gauche pour les hommes, à droite pour les femmes, au point mingmen. La troisième fois, envoyez en suivant un arc de cercle à droite pour les hommes, à gauche pour les femmes, au point mingmen.

8. Mettre le feu au Dantian. Dāntián qǐhuǒ丹田起火

Chauffez les mains en les frottant vigoureusement et placez-les sur le nombril. (si vous portez peu de vêtements, vous sentez la chaleur dans le nombril). Après avoir inspiré naturellement, bloquez le souffle (ne respirez plus) et prononcez le son hōng (se prononce  rhon… NdT) en silence. Inspirez de cette manière à trois reprises, en envoyant votre esprit dans le Dantian avec le son. Vous allez pouvoir sentir de la chaleur dans le Dantian, surtout en hiver. Dans le passé, on appelait cette technique « mettre le feu au Dantian ». Le Dantian est plein d’énergie après avoir pratiqué les exercices traditionnels, et quand le Dantian est chaud, un vrai feu se produira. Il existe également des astuces pour créer ce feu dans le Dantian. Frottez-vous les mains à plusieurs reprises, plus le frottement est rapide et fort, plus cela crée de la chaleur. Grâce à sa propre chaleur, couplée à la prononciation et à la concentration, le Dantian devient chaud. Dans les “Bā duàn jǐn”, il est dit : "xiǎng huǒ fā qí lún" 想火发脐轮 «penser au feu et l’amener au chakra du nombril », ce qui signifie que la région ombilicale devient chaude, non seulement en utilisant la concentration, mais aussi en mobilisant le Dantian Qi.

9. Tourner la manivelle.  Níng lùlú  拧辘轳

Séparez vos mains et placez les sur les cotés, les paumes vers le haut, le bout des doigts en avant, penchez vous en avant, puis tournez vos coudes vers le bas, en arrière, en haut, en avant. Quand vous montez les coudes, le Huiyin  se contracte et se soulève. Quand les coudes redescendent, le périnée se détend. Faites ces mouvement en synchronisant avec la respiration. Il suffit de faire 8 rotations, mais vous pouvez en faire 2 de plus sans problèmes.

10. Ramener les mains sur les genoux. Bǎshǒu fàng huí dào xīgài shàng 把手放回到膝盖上

Ces mouvements préparatoires partent de la tête, passent par les yeux, le nez, la bouche puis atteignent le Dantian. Le Dantian est plein de Qi. Lorsque les coudes tournent avec la respiration, le Qi va monter dans le dos et revenir par l’avant de manière inconsciente. Ainsi, même sans vouloir pratiquer la « circulation céleste » ( zhōutiān gōng ), en pratiquant ce mouvement nous activons de la même manière le Qi dans le corps.

Tout ceci correspond donc à la phase de préparation yùbèi gōng. La préparation de chaque étape ultérieure n’est pas exactement la même, chacune à son contenu particulier.

Avec cette préparation, l’esprit est concentré et le Qi  aussi commence à se concentrer. Le Qi du corps entier est amené au nombril et au Mingmen. En même temps, la salive est transformée en jīng (essence) et envoyée au Mingmen… 

 

A suivre…

 

 (d’après le Dr Pang Ming)    

Yves Lorand                     

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article