Xing Shen Zhuang 2. La pratique

Publié le

Xing Shen Zhuang 2

LA PRATIQUE

La deuxième section de  Xing Shen Zhuang  形神庄, la « 2eme » méthode du Zhi Neng Qi Gong 指能气功

s’intitule  Han Jian Suo Xiang Tong Bi Jian 寒肩缩项通臂肩,

les épaules et la nuque se contractent, faire circuler entre les bras (Tong Bi)

 

  1. EXPLICATION DES MOUVEMENTS :

Cette section est basée sur l’idée d’une grue qui prend son envol.

1. A partir de la position précédente, dégagez les deux mains des hanches, tournez les paumes vers le haut, les doigts vers l'avant, les coudes vers l'arrière, les avant-bras tendus vers l'avant, les coudes relâchés, collés sur les côtés, les avant-bras et les bras forment un angle de 90 °. Puis soulevez les deux  bras vers l'avant et au niveau des épaules (maintenez l'angle d'origine des bras et des avant- bras), avec les avant-bras vers le haut, les doigts dirigés vers le haut.
2. Écartez les deux  bras pour former une ligne, tournez vos paumes vers l'extérieur, gardez vos bras immobiles et laissez descendre vos avant-bras au niveau de vos bras. Ensuite, avec le coude comme centre de flexion, le majeur entraîne l'avant-bras pour dessiner un arc, et lorsque l'avant-bras est perpendiculaire à l'avant-bras, il redescend. Répétez 3 fois. Ce mouvement s’appelle zhǎn bì (les bras étendus).

3. A partir de précédemment, allongez les deux bras horizontalement pour former une ligne, paumes vers le bas, les doigts sont tendus, utilisez le poignet comme point fixe, cercle des mains avec le bout des majeurs, vers l’avant et vers l’arrière 3 fois.

 

4. Contractez les omoplates et la nuque: à partir de la posture précédente, en gardant le buste immobile, penchez la tête en arrière et rétractez le menton pour contracter la nuque; les deux omoplates sont resserrées vers la colonne vertébrale ; en même temps, le coccyx est légèrement inclinée en arrière et en haut, ces quatre points ensembles convergent ainsi vers la quatrième vertèbre thoracique. (Cette action est basée sur la grue à l’arrêt qui s’apprête à s’envoler. Les gens peuvent aussi se comporter ainsi quand ils ont froid, quand ils frissonnent.)
5. Remettez la tête dans sa position d'origine et étirez les deux mains vers l'extérieur pour séparer les omoplates. Répétez 3 à 5 fois ces actions de contraction-extensions.
6. Tong bi à gauche et à droite: les deux bras sont dans un mouvement de rétraction à gauche et d’étirement à droite, d'étirement à gauche et de rétraction à droite, comme le mouvement du serpent. Répétez 7 à 9 fois. Ce mouvement s’appelle Tong bi : Les bras sont reliés.

    

  

Points  importants à observer :

La contraction des omoplates de cette section et le moment où les omoplates sont écartées doivent être reliées de manière continue, doucement et lentement. Ne vous presser pas, sinon il ne sera pas facile d’avoir les bénéfices de ce massage du dos. Lors des mouvements de bras, Tong bi, si les deux articulations correspondantes effectuent des mouvements de flexion et d'extension opposés, un mouvement semblable à un serpent peut se produire. Par exemple, lorsque l'omoplate droite se déplace vers la colonne vertébrale, l'omoplate gauche se déplace vers l'extérieur vers la gauche, tandis que l'humérus droit tire vers l'intérieur depuis l'articulation de l'épaule, le coude s'enfonce légèrement, le poignet est naturellement plié et les articulations se déplacent en conséquence. Cette action n'est pas facile à faire au début, vous devez donc la comprendre lentement et soigneusement. Après avoir pratiqué pendant une longue période, l’ensemble se déplacera naturellement du dos, des épaules, des bras, des coudes, des poignets jusqu’aux doigts.

 

Effets :

La partie du corps située entre les omoplates est généralement difficile à mettre en mouvement lors des exercices. La contraction de la nuque et des épaules de ce style est assortie de la traction des omoplates. Cette partie de l'exercice va non seulement détendre cette zone, mais aussi jouer un certain effet de massage. Il y a à cet endroit des points d'acupuncture importants tels que Fengmen, Feishu, Xinshu et Gaoxu. Ces exercices vont renforcer la fonction de ces points d'acupuncture, renforçant ainsi la fonction du cœur et des poumons. Le mouvement des bras à gauche et à droite, Tong bi, œuvre à relâcher les épaules, les coudes, les poignets, les paumes, les doigts et les articulations, afin que les muscles et les tendons puissent se détendre, de manière à assurer la flexibilité des membres supérieurs. Il s'agit d'un contenu d'exercice très important dans les arts martiaux. En traitement médical, il a un bon effet sur les membres supérieurs et les omoplates et sur les personnes qui ont un cœur et des poumons faibles; zhǎn bì (les bras étendus) a un effet significatif sur la prévention et le traitement des maladies cardiovasculaires.

 

  1. COMPLEMENTS POUR LA PRATIQUE         

1. Plier et déplier les bras : Zhǎn bì

Le mouvement, qui peut sembler « rectangulaire » d’un point de vue extérieur, doit pourtant être vécu de l’intérieur de manière circulaire. A partir des mains à la taille, tournez vos poignets, amenez les doigts vers l’avant et les paumes vers le haut ; l’avant-bras est à angle droit par rapport au bras, avec l’articulation de l’épaule comme point d’appui, montez le long de la poitrine. Lorsque les bras sont au niveau de épaules, tournez les paumes, écartez sur les cotés et dépliez les avant-bras. Avant de déplier, les bras et les avant-bras auront gardé le même angle droit pendant tout le mouvement. Les poignets ne se plient pas, les avant-bras restent sur un même plan et tous les mouvements se font sans efforts. Pour être correct, le mouvement d’ouverture part de la poitrine, qui s’ouvre lorsque les coudes s’écartent. Les erreurs fréquentes sont les suivantes : les bras ne sont pas à l’horizontal, les bras ne peuvent pas s’écarter et les paumes se tourner complètement, les mains et les avant-bras ne sont pas alignés. Les débutants ont souvent des mouvements trop anguleux, ils devront donc faire attention à la rondeur extérieure et intérieure. Lorsque vous serez familiarisés avec les mouvements, vous n’aurez pas besoin de passer d’un mouvement à un autre, vous devrez au contraire faire attention à la continuité des mouvements. Aussi, on débutera un mouvement avant de finir le mouvement précédent. Par exemple, quand vous montez les bras, commencez d’écartez un peu avant d’avoir atteint l’horizontale, en décrivant un arc de cercle. En effet, si l’on termine un mouvement avant de commencer le suivant, il ne sera pas facile de faire circuler le Qi. Lorsque vous dépliez les avant-bras, les coudes en pivot, descendez doucement. Si vous relâchez les mains et dessinez un arc de cercle, vous pourrez sentir le Qi  atteindre le bout des doigts. Les doigts seront comme enflés et engourdis. Pourquoi le coude est le centre du mouvement ? Du point de vue des méridiens, le coude est l’endroit où se situent les points des méridiens des mains en connexion avec les organes internes*. Si vous utilisez le majeur pour montez les avant-bras, vous pourrez avoir une sensation de relâchement et de lourdeur. En faisant cela, veillez à ce que les bras soient bien au niveau des épaules, pas plus bas.

Effets : Le mouvement a une action importante sur l’ouverture de la poitrine, et a en conséquence des effets évidents sur le traitement des maladies cardiaques et pulmonaires, telles que l’emphysème, la bronchite et les maladies cardiovasculaires. De manière générale, Zhan bi est efficace pour les problèmes du foyer supérieur shàng jiāo.

 

* Pang Heming fait ici référence aux points « mer » (He ) dans le système des « points shu antiques ». Ce sont les points Chi Ze (5 P), Shao Hai (3 C), Qu Ze (3 MC), Qu Chi (11 GI), Xiao Hai (8 IG) et Tian Jing (10TR)

 

2. Contracter la nuque et les omoplates : Hán jiān suō xiàng

La clé du mouvement est ici de contracter et de rapprocher les omoplates, avec la tête penchée en arrière, sans toutefois monter le menton. Tirez le coccyx vers le haut tout en poussant légèrement la poitrine vers l’avant. Cependant, ne poussez pas la taille vers l’avant. Quand le mouvement des épaules entraine les bras qui se plient, faites le sans excès, naturellement, ne pliez pas trop, le mouvement vient des épaules, pas des bras. Veillez à ce que vos poignets ne soient pas plus bas que vos épaules. Ce mouvement évoque celui d’un petit oiseau qui apprend à voler ; la tête est vers le haut, la queue en l’air et les pattes poussent vers le haut, les deux petites ailes battent l’air, les deux omoplates se rapprochent. Cette action ressemble à celle d’une personne qui frissonne quand elle a froid ou a de la fièvre. Les gens frissonnent car le corps a besoin de produire plus de chaleur pour s’adapter au monde extérieur. C’est le phénomène de la « chair de poule ».Lorsque les muscles érecteurs des poils se contractent, la chaleur générée dans le corps augmente soudainement, c’est ainsi que la sensation de frisson se produit après avoir été stimulée par le froid. Dans le traité de MTC sur les maladies fébriles, cette action est appelée  Xiàngbèi qiáng wù wù项背强兀兀, « tendre le dos ». En pratiquant ce mouvement consciemment, le Qi est fortement mobilisé. Le poumon appartient au foyer supérieur. La médecine traditionnelle chinoise (MTC) enseigne que lorsque le « foyer supérieur shangjiao se renforce, la saveur des (cinq) céréales se répand, la peau de tout le corps, jusqu’aux cheveux, est soyeuse et chaude, comme irriguée par la brume et la rosée, cela s’appelle le Qi ». Par conséquent, ce mouvement agit sur le foyer supérieur en mobilisant le Yang Qi de la poitrine, lequel Qi, ainsi que le sang, vont se répandre dans tout le corps.

Effets : Contracter la nuque et les épaules est recommandé aux personnes souffrantes d’un affaiblissement général du Yang Qi, pour la fatigue chronique ou pour les maladies chroniques avec une légère fièvre.

 

3. Mouvement du serpent à gauche et à droite : Zuǒyòu tōng bì

Les articulations principales se déplacent comme un serpent et les petites articulations comme une chenille. Il est important de porter attention à deux choses : d’abord les deux bras doivent se déplacer à l’unisson, il ne faut pas se focaliser sur un seul bras. Deuxièmement, les bras doivent être déplacés de part et d’autre  d’une ligne horizontale pour effectuer le mouvement. Lorsque l’un fléchit et l’autre s’allonge, les points hauts sont légèrement au dessus de l’horizontale et les points bas légèrement en dessous.

Lorsque vous effectuez le mouvement, la flexion d’un bras et l’extension de l’autre bras sont effectuées en même temps. Utilisez un bras pour pousser l’autre bras, et le bras va s’étirer d’une demi-longueur de main environ. Lors de l’étirement, les bras sont d’abord repliés et lentement allongés. Les doigts doivent également être fléchis puis étirés, ce qui amène lentement le Qi jusqu’aux bout des doigts. Si les doigts sont tendus, même si vous sentez qu’il y a du Qi dans les doigts, le Qi ne pourra pas circuler dans les doigts car les méridiens ne seront pas correctement ouverts. Même si vos mouvements ne sont pas vraiment corrects en début d’apprentissage, vous devez néanmoins bouger les doigts ; peu à peu vous serez capables de les mouvoir correctement.

Effets : Tong Bi est indiqué pour les problèmes des omoplates et pour les rhumatismes, l’arthrite, les becs osseux, ainsi que pour les maladies de la poitrine et du cœur. Les patients souffrant de maladies cardiaques et pulmonaires telles que l’emphysème de la vieillesse et les maladies coronariennes ont intérêt à faire le deuxième et le troisième exercice.

 

Concentration sur les points d’énergie :  

Les points de cette section sont : les points Yángchí, jiānyú , dàzhuí, táodào et wěilu. C’est ce qu’on appelle les sept étoiles inversées “dào qīxīng倒七星

(d’après le Dr Pang Ming)

Yves Lorand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article