Xing Shen Zhuang 10a. La pratique

Publié le

La dixième section de  Xing Shen Zhuang  形神庄, la « 2eme » méthode du Zhi Neng Qi Gong 指能气功

s’intitule  Hui Qi Gui Yi Zhuan Hun Yuan 回气归一转混元,

 ramener le Qi à l’origine et faire tourner le Hunyuan.

 

Première partie : Le Hunyuan retourne à l’unité  hùnyuán guī yī   混元归一

1- Enlevez les mains des hanches en tournant les pouces vers l’avant, la gueule du tigre ouverte vers le haut, les paumes sont face à face et sont légèrement creusées vers l’intérieur, écartées de la largeur des épaules. Etendre les bras en oblique vers l’avant et vers le bas. Puis monter les mains au dessus de la tête en soulevant le Qi, les paumes des mains l’une par rapport à l’autre comme si elles tenaient un ballon. (Fig. 1)

2 – Détendez tout le corps, relâchez vos épaules et laissez tomber vos coudes et amenez vos bras vers la gauche suivant un arc de cercle. En même temps, tournez votre corps vers la gauche et accroupissez-vous, en gardant le haut du corps aussi droit que possible, sans reculer les hanches. Décrire ainsi un demi cercle avec les mains jusque devant genoux en s’accroupissant, arrivé en bas, relâchez les poignets, le bout des doigts pointent vers le bas. (Fig. 2 et 3)                          

Fig. 1                                          

Fig. 2                 

    Fig. 3         

 

 

3 – Faites pivoter le corps à droite en remontant peu à peu les épaules, les coudes et les poignets, et tracez ainsi un arc de cercle du coté droit pour ramener vos mains au dessus de la tête. Décrire ainsi trois tours consécutifs.

4 – Procédez de la même manière en descendant du coté droit et en remontant du coté gauche pour effectuer trois tours dans l’autre sens. Lorsque les bras reviennent au dessus de la tête, laissez les en place et effectuez trois « tête de la grue » vers l’avant. (Comme à la première section)

Deuxième partie : Le Qi  retourne à l’unité huí qì guī yī  回气归一

1 – Tirez les mains vers le bas comme si vous teniez un ballon et amenez-les au dessus de la tête (Fig. 4). Placez les deux mains ouvertes en diagonale avec les racines des paumes très proches, sans se toucher, puis les paumes et les doigts se rapprochent pour amener les mains face à face. Ensuite, en relâchant les épaules et en écartant les coudes, les deux mains s’écartent en commençant par la base et en finissant par le bout des doigts puis descendent en diagonale en ouvrant vers l’extérieur pour amener le bout des majeurs au niveau du sommet des oreilles. Les mains et les avants bras sont alignés dans la diagonale. Puis les deux mains remontent en suivant le même chemin, se ferment au dessus de la tête et s’ouvrent  pour finir de remonter, l’ensemble du mouvement dessinant une forme en X. (Fig.  5 et 6) Répétez ce mouvement trois fois.

 Fig. 4                

Fig. 5          

           

       Fig. 6

 

 

 

 

2 – A partir du mouvement précédent, les deux mains reviennent face à face au dessus de la tête, comme si vous teniez un ballon, puis en relâchant les épaules et en laissant tomber les coudes, les mains descendent devant le visage puis devant la poitrine, les paumes sont dirigées vers l’intérieur et le bout des doigts face à face. (Fig. 7) Continuez de descendre en passant devant l’abdomen, puis en dirigeant le bout des doigts vers le bas passez devant les jambes pour venir placer les paumes des mains sur les pieds, les doigts sur les orteils. (Fig. 8)

 

 

 

 

Fig. 7 et 8

3 – Appuyez les deux mains sur les pieds. En descendant légèrement, les genoux s’avancent, et vous pensez que les mains s’enfoncent dans le sol en traversant le centre des pieds. Puis, en remontant légèrement les genoux et hanches vers le haut, pensez que l’énergie de la terre rentre dans le corps ; appuyez et remontez ainsi trois fois de suite.

4 – Soulevez les mains, légèrement éloignées de la surface des pieds, les paumes rentrées vers l’intérieur puis placez vos mains à 90° vers l’extérieur au dessus de vos pieds. Les paumes des mains se font face avec les doigts pointés vers le bas, à l’extérieur des pieds, comme pour tenir un ballon, avec l’idée de tirer l’énergie du sol et de la tenir entre vos mains. Ensuite, ramenez les deux mains au dessus des pieds, les paumes dirigées vers l’intérieur, et remontez les mains en longeant  l’intérieur des jambes. En passant l’abdomen, ramenez les paumes vers soi, le bout des doigts face à face, montez jusqu’au creux des épaules, écartez les mains et en conduisant avec les petits doigts, tournez le centre des mains vers l’avant, devant les épaules. (Fig. 9)

5 – En gardant la main redressée par rapport au poignet, avancez la main, le bras est déplié sans être tendu.

6 – Dépliez le poignet, détendez la main qui pointe vers l’avant, en conduisant avec le petit doigt, tournez la paume vers la gauche, et en utilisant la taille comme pivot, tournez le corps à 90° vers la gauche en maintenant la main vers la gauche à 90°. (Fig. 10)

7 – Pressez le bout du pouce sur le milieu du majeur (point Zhongkui). (Fig. 10)

Repliez légèrement les quatre autres doigts, pliez le coude pour passer au dessus de l’épaule et continuez à rassembler le Qi vers l’arrière tout en ramenant le corps vers l’avant. Ensuite, ramenez le bras sur le coté gauche de la poitrine et pointez le bout du majeur sur le point Qihu à gauche (au milieu du bord inférieur de la clavicule, directement au dessus du mamelon). (Fig.11)

8 – En gardant la main gauche redressée par rapport au poignet, avancez la main, le bras est déplié sans être tendu, répétez les mouvements 6 et 7 qui concernaient la main droite.

    Fig. 9  

Fig. 10   

  Fig. 11

 

 

 

 

 

9 – Les deux bras sont inclinés vers l’avant et vers le bas, à un angle d’environ 45° par rapport au corps, les avant-bras sont croisés devant la poitrine, effectuez trois respirations, inspirez d’abord puis expirez. Lorsque vous inspirez, appuyez sur les points d’acupuncture Qihu avec les majeurs, et lors de l’expiration, relâchez légèrement la pression des majeurs, tout en récitant silencieusement  « Hong » ou « Tong » (hōng; tōng). Les débutants doivent prononcer  « Tong » à haute voix. (Fig. 12)

10 – Relâchez les majeurs, poussez les deux avant-bras vers l’avant, à angle droit par rapport au bras, les deux poignets se rejoignent, tournez les paumes vers le haut, les deux poignets pivotent  sur la base des paumes pour amener les mains en forme de V. (Fig. 13) Puis les deux mains sont jointes devant la poitrine.

   Fig. 12            

  Fig. 13

 

11 – Fermeture. Les deux mains sont jointes devant la poitrine, les pouces devant le point Tanzhong, écartez et ramenez les mains trois fois. Lors de l’ouverture, les deux paumes ne doivent pas être écartées plus large que les deux mamelons (Fig. 14). Lorsque les deux paumes sont réunies, elles ne se touchent pas. Puis amenez vos deux paumes de manière que le bout de vos pouces soit au niveau de la pointe de votre nez, et ouvrez et fermez trois fois (ne dépassez pas la pointe des deux pommettes à gauche et à droite). Ramenez les paumes ensembles (les paumes ne se touchent pas) et montez de manière que la première articulation des pouces soit en face le point Yintang, ouvrez et fermez 3 fois (ne dépassez pas le milieu des sourcils de chaque coté). Ramenez lez paumes ensemble (sans qu’elles se touchent) et montez au dessus de la tête, en tournant les mains en diagonale vers l’arrière, et ouvrez et fermez 3 fois avec les pouces devant la fontanelle (la distance d’ouverture horizontale est la même que l’ouverture et la fermeture de Yintang). Mettez vos paumes ensemble (les paumes ne se touchent pas), et montez vers le haut jusqu’au point d’acupuncture Baihui sur le dessus de votre tête, le bout des doigts pointant vers le haut, et la base de vos paumes à 10 cm au dessus du haut de votre tête. Ouvrez et fermez 3 fois (les cotés gauche et droit ne dépassent  pas le niveau des cornes de dragon Qinglong). Puis soulevez les deux mains jointes en s’étirant vers le haut, séparez les deux mains, tournez les paumes vers l’avant et descendez sur les cotés de manière que les bras soient alignés au niveau des épaules. Utilisez les petits doigts pour tourner les mains vers le haut. Ramenez les bras devant vous, écartés de la largeur des épaules. Les paumes et les bras légèrement rentrés vers l’intérieur, pointez le point Yintang avec le bout des majeurs. Puis ramenez les mains et les coudes vers vous et pressez les points Dabao (entre 6eme et 7eme côtes) avec le bout des majeurs. Ensuite, étendez vos bras en arrière, et, en tournant les paumes vers l’avant (en utilisant les petits doigts pour conduire le mouvement), les bras passent sur les cotés et reviennent devant le corps, les paumes dirigées vers soi, ramenez le Qi dans le Dantian inférieur. (Fig. 15 et 16)

Fig.14

Fig.15

Fig.16

 

 

 

 

 

 

Les deux mains se superposent devant le nombril (la main gauche dessous pour les hommes, la main droite pour les femmes, les mains à environ une largeur de doigt du nombril). « Frottez » l’abdomen en tournant 9 tours de petit à grand dans le sens gauche, haut, droite , bas ; puis 9 tours de grand à petit dans l’autre sens, droite, haut, gauche, bas (le cercle maximum ne dépassant pas l’estomac en haut et le pubis en bas). Ensuite, posez les deux mains sur le nombril et reposez vous quelques instants (Fig. 17). Pour terminer, séparez les mains, ramenez les bras de chaque coté du corps et ouvrez lentement les yeux pour retrouver votre position de départ.

Points importants.

Les mouvements de la première partie hùnyuán guī yī concernent  le corps entier, les membres inférieurs, le tronc et les membres supérieurs effectuent  tous des mouvements d’arc et de rotation. Les articulations doivent être détendues, les mouvements naturels et harmonieux, le torse et les membres doivent être intégrés dans la rotation. Par conséquent, le tronc doit suivre la rotation des membres supérieurs que ce soit pour la rotation ou pour les autres mouvements. Après avoir effectué 3 rotations dans un sens, prendre soin de revenir à la position initiale. Lors des autres passages les mains en haut, le corps est légèrement incliné vers l’arrière afin de réaliser un mouvement continu et complet.

En ce qui concerne la deuxième partie huí qì guī yī, les mouvements seront également effectués de manière continue, arrondie et naturelle. Lorsque les mains sont ramenées vers les points Qihu, cette action doit être faite avec l’idée de collecter et de ramasser.

Effets.

Les neuf sections qui précèdent comportent des mouvements qui exercent chaque partie du corps de manière spécifique. Les mouvements du Qi dans les méridiens et du sang  dans chaque partie du corps varient également d’une section à l’autre. La première partie de cette dixième section met en mouvement  toutes les parties du corps en même temps, de sorte que Qi et sang de chaque partie du corps soient harmonisés et mélangés ensembles, c’est pourquoi on l’appelle « fusion des éléments en un seul » hùnyuán guī yī. Le mouvement  de la « tête de la grue » effectué trois fois fait monter le Qi à Tianmen, la porte céleste.

Au cours de la pratique de Xing Shen Zhuang, un champ de Qi (qì chǎng 气场) est formé autour du corps et le but principal de la deuxième partie huí qì guī yī est de ramener le Qi de l’extérieur vers l’intérieur du corps. Aussi, l’on peut dire que dans hùnyuán guī yī, le Qi  et le sang de toutes les parties du corps se mélangent et s’unissent, tandis que huí qì guī yī  consiste à mélanger et à unir le Qi à l’extérieur du corps et celui à l’intérieur du corps. Dans cette section, la « tête de la grue » est utilisée pour faire monter le Qi  grâce au mouvement en tant que tel, tandis que la récitation silencieuse du mot « Hong » ou « Tong » est utilisée pour faire monter le Qi par la vibration du son. Il y a une différence entre les deux pratiques, qui concerne l’idée de raffinement, mais cette différence subtile ne pourra être perçue qu’après un long entrainement.

La partie concernant la fermeture peut sembler simple, pourtant il est difficile de décrire toutes les subtilités et mystères de l’action. Les cinq ouvertures-fermetures, en particulier, doivent être soigneusement comprises et expérimentées. Non seulement elles peuvent déclencher l’ouverture et la fermeture du Qi du corps entier, mais elles sont aussi la clé pour ouvrir la « porte du ciel Tianmen » et « concentrer l’esprit dans le palais (níngshén rùshì凝神入室) ». Lorsque vous pratiquez, vous devez être « respectueux à l’extérieur et calme à l’intérieur wài jìng nèi jìng », « l’esprit clair et humble d’apparence xīn chéng mào gōng », et « se sentir comme une noble personne rú dài guìrén ».

En pratiquant ainsi avec persévérance, vous connaitrez le sens merveilleux de la pratique.

.

A suivre ...

D'après le Doteur Pang Ming

Yves Lorand

        

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article