Xing Shen Zhuang 1b. La pratique

Publié le

Xing Shen Zhuang 1b

LA PRATIQUE

La première section de  Xing Shen Zhuang  形神庄, la « 2eme » méthode du Zhi Neng Qi Gong 指能气功

s’intitule  He Shou Long Tou Qi Chong Tian鹤首龙头气冲天.

Tête de la grue et tête du dragon, le Qi s’élance vers le ciel.

(...suite)

La section tête de la grue et la tête de dragon sont les mouvements initiaux de Xing shen zhuang et ils jouent un rôle de premier plan. Ces mouvements sont un peu difficiles à exécuter et demandent beaucoup d’attention.

En partant des mains jointes devant la poitrine, séparez les mains par la base des paumes, descendre en longeant l’arc costal et placer les mains à la taille. Les pouces pressent les points Jingmen. Ces points sont à l’extrémité des petites côtes flottantes (12eme côtes). Ce point est légèrement douloureux sous la pression. La pression sur ces points permet au Qi et au sang de circuler plus facilement dans les méridiens principaux et moins vers les « membranes » (c'est-à-dire que la circulation va plus vers les organes que vers les tissus. NdT). Jingmen contrôle tous les méridiens principaux (Jingmai) et Dabao contrôle tous les méridiens collatéraux (Luomai). Ainsi, le commencement de Xing shen zhuang mobilise le Qi des méridiens principaux et collatéraux au sein de tout le corps, ce qui ouvre toutes les portes à la circulation de l’’énergie dans le corps.

Tête de la grue.

La clé de cette pratique est de rentrer le menton et d’étirer le cou. Quand vous faites la tête de la grue vers l’avant, d’abord rentrez le menton le plus loin possible puis étirer la nuque depuis le point Baihui  et monter la tête avec le menton. Lorsque vous étirez la nuque, le sommet du crâne devrait monter le plus possible pour entrainer également le buste. Quand la tête ne peut plus monter, penchez-la en arrière. Le menton monte le plus haut possible, puis avance, descend et rentre, en décrivant un arc de cercle. Le sommet du crâne suit le mouvement en décrivant également un arc de cercle. Rentrez le menton le plus loin possible et allongez le cou. Le mouvement complet dessine un cercle. Les éléments essentiels du mouvement tête de la grue vers l’arrière sont les mêmes. Quand vous rentrez le menton et descendez en longeant la poitrine, vous devriez décrire un arc de cercle vers l’intérieur plutôt que de descendre tout droit. Quand le menton est en bas, allez vers l’avant et remontez, toujours en suivant un mouvement circulaire. Le torse remonte en suivant le mouvement. Puis, quand le menton ne peut plus aller plus haut, rentrez le menton en tirant à partir de Baihui et étirez le cou, le buste suit le mouvement vers le haut. Avec ce mouvement, le menton dessine un cercle complet, qui nécessite de bien étirer le cou et la nuque.

Les débutants utilisent le point Dazhui (7eme cervicale) comme pivot pour effectuer le mouvement. Par la suite celui-ci devrait inclure l’ouverture et la fermeture des épaules et de la poitrine.  Lorsque vous étirez le cou dans le mouvement tête de la grue vers l’avant, le tronc va légèrement en arrière pendant que les épaules s’ouvrent ainsi que la poitrine tout en veillant à ne pas la pousser vers l’avant. Quand le menton s’avance et descend, les épaules s’enroulent légèrement vers l’avant et la poitrine se creuse un peu. De même, dans la tête de la grue vers l’arrière, quand le menton descend le long de la poitrine, les épaules se referment et la poitrine rentre, et quand le menton remonte, les épaules et la poitrine s’ouvrent.

Détendez tout le corps. Lorsqu'on est familier avec le mouvement, le tronc s'étire et se contracte naturellement et les épaules et la poitrine s'ouvrent et se ferment; le tronc se plie naturellement en suivant le mouvement de la tête de grue. Quand on atteint un certain niveau, on peut utiliser le point yintang pour dessiner le cercle, dans ce cas n'utilisez pas le menton pour décrire le mouvement.

Le fait de rentrer le menton et d’étirer le cou mobilise le mouvement du Qi de Dumai vers le haut et ouvre les points de ce méridien. Quand la tête va en arrière, les points Yuzhen se détendent ce qui permet au Qi de circuler facilement à travers eux. Le mouvement soulève le Qi depuis Weilu à Dazhui, Yuzhen et jusqu’au sommet de la tête. Puis la tête s’avance et descend, et le menton revient vers l’intérieur. Ceci a pour effet d’envoyer le Qi depuis le sommet de la tête vers Renmai et le Dantian médian. Ainsi, ce simple mouvement de la tête de la grue mobilise le Qi de Dumai et Renmai. Une fois que vous connaissez bien le mouvement, le cou et le tronc peuvent être étirés de manière détendue et vous pouvez sentir depuis le buste jusqu’aux jambes un  agréable mouvement d’ondulation. Combiné à la position des mains à la taille, cela va mobiliser les méridiens de tout le corps. Et ainsi l’on peut dire que, même si Xing shen zhuang ne se préoccupe pas de la «circulation céleste Zhoutian », la tête de la grue la met en œuvre et en recueille les effets.

Tête de dragon

Le mouvement de tête de dragon est un peu plus difficile ; la clé pour effectuer ce mouvement se trouve au niveau des cornes bleu-vertes du dragon qīnglóng jiǎo青龙角. Les deux cotés de la tête ont un renflement dur appelé jonction pariétale. Pour faire le mouvement, utilisez la jonction pariétale des deux cotés de la tête pour dessiner le symbole de l’infini dans l’espace. Il est important de noter qu’il ne s’agit pas de tracer le caractère dans un plan horizontal mais bien redressé dans un plan vertical. Les débutants pourront s’entrainer en posant les mains sur les cornes de dragon de chaque coté de la tête. Penchez la tête vers la gauche, le coté gauche du buste depuis l’épaule à la taille se détend et s’abaisse, puis aidez-vous de votre main gauche pour pousser la corne de dragon vers le haut pour revenir à la position initiale. Lorsque la corne qīnglóng a été tirée vers le haut, c’est tout l’ensemble du coté du corps qui s’est relevé. Puis effectuez la même action du coté droit et ainsi de suite. C’est ainsi toute la colonne vertébrale qui est affectée par un léger mouvement alterné de balancement latéral. Il faut veiller à ne pas trop secouer la tête et à maintenir le menton en place, et ainsi globalement d’effectuer de petits mouvements avec la tête. Ne cherchez pas à dessiner un grand dans l’espace, mais pensez  plutôt le mouvement à l’intérieur. Avec l’habitude, moins la tête se balance et plus les sensations de l’énergie qui s’élève à l’intérieur seront intenses. En même temps que le balancement et l’élévation, la colonne vertébrale bouge et se déplace de gauche à droite comme un serpent ; elle oscille en plusieurs arcs et non pas un seul. Si la colonne vertébrale ne s’élève pas, elle ne pourra pas se plier et s’arquer. Après un entrainement plus poussé, vous n’utiliserez plus les cornes de dragon mais plutôt le point Baihui  pour décrire le mouvement de . A ce niveau, vous devrez faire attention au parcours dans le crâne du mouvement de (voir figure 3-77). Plus le dessin du est petit, et plus l’action sur les méridiens du corps sera importante.

Le mouvement alterné de la corne du dragon agit d’abord sur les deux méridiens vésicule biliaire de chaque coté du crâne ce qui va entrainer une action sur les méridiens du foie. Le méridien de la vésicule biliaire correspond à l’énergie Shaoyang. Selon la médecine chinoise, les cinq organes internes dépendent de la vésicule biliaire. Le méridien de la vésicule biliaire peut mobiliser le Qi des cinq viscères et des six organes, dégager le Yang et permettre au Yangqi de s’élever. Plus il y a de Yangqi dans la tête, et plus le cerveau est nourri. Si vous pratiquez la tête de dragon les yeux fermés et que vos mouvements sont petits, vous vous sentirez léger et confortable. Ce mouvement de la tête de dragon peut également être utilisé pour recueillir les effets de la circulation céleste maoyou zhoutian 卯酉周天 (une circulation qui a lieu dans le plan frontal du corps, comme si on avait le cadran d’une horloge à l’intérieur du buste. NdT). Ainsi, même si la tête de la grue et du dragon semblent ne faire que déplacer la tête d’avant en arrière et de gauche à droite, elles ont bien pour effet d’activer les circulations céleste sagittale  rèndū zhōutiān 任督周天 (également appelée « petite circulation céleste» NdT) et frontale maoyou zhoutian 卯酉周天.Cependant, comme avec la pratique, le corps est déjà rempli d’énergie, il n’est pas facile de sentir ces mouvements de circulation, bien qu’ils aient effectivement lieu. De toute façon, comme cela a été déjà indiqué, il n’est pas recommandé de se concentrer sur la circulation céleste au cours de la pratique, au risque de provoquer des déviations.

Du point de vue de la guérison des maladies et du renforcement du corps, la tête de la grue et du dragon agit d’abord sur la tête, ce qui entraine une action sur tout le système nerveux.

En ce qui concerne la tête, la tête de la grue agit sur les méridiens dumai et renmain tandis que la tête de dragon agit sur les méridiens vésicule biliaire. La médecine traditionnelle chinoise dit que « le cerveau est le siège de l’esprit ». Quand à la médecine occidentale, elle nous indique que la tête est l’endroit qui commande tout le corps par le biais du cortex cérébral. Mais en plus, par les mouvements avant-arrière et gauche-droite, ces exercices étirent toute la colonne vertébrale. Anatomiquement parlant, il y a des chaines nerveuses des deux cotés de la colonne vertébrale. Par l’action de la tête de dragon, la colonne est sollicitée vers la gauche et la droite et ces chaines nerveuses sont ainsi massées en douceur sur toute leur longueur. Ces mouvements améliorent la circulation du sang et du liquide rachidien ce qui améliore le fonctionnement du cerveau. En conséquence, ces mouvements font en sorte que le système nerveux central et le cortex cérébral aient suffisamment de Qi en massant toute la moelle épinière. Ceci pose les bases pour la pratique des sections suivantes de Xing shen zhuang. Aussi, dans votre pratique quotidienne, vous devriez garder à l’esprit que ces deux mouvements améliorent la circulation du Qi dans tout votre corps. La tête de la grue et du dragon peuvent être incorporés dans  toutes les autres sections de la méthode, à l’exception des sections 4 (pivoter en ouvrant la cage thoracique) et 5 (plier et déplier la colonne vertébrale), à la seule différence que les mouvements seront de plus faible amplitude. Cela améliorera grandement  la perception et l’effet de vos mouvements.

 

Indications

Cette section a de bons effets sur les maladies concernant la tête (y compris les vaisseaux sanguins et les nerfs crâniens), de la colonne cervicale et de la colonne vertébrale, notamment les étourdissements, les maux de tête, les acouphènes, les troubles nerveux et autres maladies. Comme la pratique de cette section normalise la circulation sanguine et lymphatique dans la colonne cervicale, les maladies de la tête sont généralement éliminées. Lorsqu’une personne souffrant d’une maladie de la tête fait cet exercice, elle doit se dire : « Si je fais cela, les vaisseaux sanguins de mon cou seront détendus, le sang circulera dans ma tête et mes maladies seront éliminées. S’entrainer avec une telle suggestion mentale donnera deux fois plus de résultats avec deux fois moins d’efforts. Parce que cette section régule l’ensemble du système nerveux central, les personnes qui souffrent de maladies systémiques devraient la pratiquer sérieusement. Lors de la pratique des autres sections de xing shen zhuang, on peut maintenir ce même type de pratique de la première section et de la suggestion mentale correspondante. De cette façon, l’effet de la pratique sera plus fort. Dire que l’esprit influe sur le corps n’est pas une chose toujours bien acceptée d’un point de vue scientifique. Pourtant, rien que le fait d’entendre parler de nourriture agréable va nous faire saliver. Nous disons bien alors qu’il s’agit du pouvoir de l’esprit. Il s’agit d’une stimulation verbale sans énergie et sans base matérielle, mais elle a un grand effet. La prise en compte de la conscience est de plus en plus présente dans la science moderne. La physiologie médicale enseigne également ces principes, mais l’application au traitement clinique n’est pas encore très avancée. Certains scientifiques ont fait ce genre d’expérience à l’étranger (i.e en dehors de la Chine… NdT). Vous hypnotisez une personne pour la faire rentrer dans un état d'hypnose, puis vous lui mettez un glaçon sur le bras tout en lui disant que vous lui mettez un charbon ardent. Le résultat est une cloque équivalente à une vraie brulure à l’endroit ou se trouvait le glaçon. On peut voir là que l’effet du mental est très puissant. De nombreuses expériences de psychologie moderne l’ont prouvée. Le pouvoir du mental est maintenant considéré comme une science. Aussi, avant et pendant la pratique du Qigong, il est important de se donner des stimulations mentales positives, telles que : penser que la pratique va être de bonne qualité, que l’on va obtenir de bons résultats, que l’on va mieux…

 

Observer les points d’énergie.

Arrivé à un certain niveau de pratique, on peut ajouter la méthode consistant à observer les points d’énergie. Les points à surveiller lors de la réalisation de la tête de la grue sont les parties profondes de bǎihuì, yìntáng, dàzhuí, rǔzhōng et fǔshě. Ces sept points sont appelés les « sept petites étoiles » et constituent la première étape de l’observation des points d’énergie. Par la suite, l’on pourra considérer les « sept grandes étoiles » que sont Bǎihuì, huágài, mìngmén, huántiào et zúwàihuái (la partie externe des chevilles). Lors de la pratique avec les « sept petites étoiles », il convient de ne pas bouger les jambes. La tête et le tronc ont un mouvement de va et vient comme celui d’un serpent en coordination avec les mouvements de fermeture et d’ouverture de la poitrine et des épaules. La sensation de mouvement se trouve au niveau des points rǔzhōng et fǔshě, il convient de porter une légère attention à cela, rien de plus. Concernant la tête de dragon, les points à observer seront uniquement les « sept grandes étoiles ». Dans ce cas, tout le corps, y compris les jambes, est détendu et suit le mouvement de serpent engendré par la tête et le haut du corps.

Observer les points d’énergie va renforcer les changements internes du Qi dans le corps mais ne devrait être effectué que lorsque la toute la pratique se fait avec un corps totalement détendu, les yeux fermés et une réelle perception des mouvements d’énergie à l’intérieur. D’autre part, la manière d’observer les points doit être très légère, juste avec la conscience mais pas avec l’idée de se concentrer dessus. Se concentrer sur ces points aurait en effet l’effet contraire de bloquer la circulation du Qi. C’est pour ces raisons que cette pratique n’est pas trop divulguée et ne doit être abordée qu’à un niveau avancé et de pleine conscience.

d’après le Dr Pang Ming

Yves Lorand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article