Le Rubber Duck envahit la Chine

Publié le

Le Rubber Duck envahit la Chine

Le Rubber Duck envahit la Chine

La présence dans le port de Hong Kong d'un canard en plastique géant, oeuvre de l'artiste néerlandais Florentijn Hofman, n'est pas passée inaperçue en Chine continentale où plusieurs copies ont été mises à l'eau.

Le 2 mai 2013, le « Rubber Duck » de 16 mètres de hauteur conçu par Hofman est arrivé dans le port Victoria de Hong Kong. Beaucoup d’habitants et de touristes se sont déplacés pour le voir. Depuis 2007, le célèbre canard géant, reproduction fidèle du jouet de bain classique, a barboté dans une douzaine de grandes villes, notamment en Europe, au Brésil et en Australie.

Selon Hofman, le canard représente une figure amicale apolitique, destinée à provoquer des rassemblements. C’est ainsi que le petit canard devint une œuvre d’art, originalité respectée par tous les pays... sauf la Chine.

En Chine, le nombre de copies de ce canard géant a explosé. On les appelle littéralement des Rubber Duck « shanzhai » (reproduction de l’original).

Quand ce canard « envahit » la Chine, c’est le « shanzhai » qui envahit la Chine. La reproduction prive « l’âme » de l’oeuvre originale, qui n’est plus une œuvre d’art mais simplement un canard en plastique. C’est la vanité et l’utilitarisme (c'est moi qui souligne)des Chinois qui incitent l’apparition de produits « shanzhai ». Le raisonnement est: on ne peut pas se déplacer à Hong Kong, alors on reproduit un autre canard plus accessible;

on n’a pas les moyens d’acheter un produit, alors on achète la copie (moins chère)... L’ultime message à l’attention des chinois pourrait être de remettre en question cette façon de penser et surtout de s’interroger sur ce qu’est au fond, “l’âme d’un produit”…

Source : chine-info.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article