Xing Shen Zhuang 3. La pratique

Publié le

Xing Shen Zhuang 3

LA PRATIQUE

La troisième section de  Xing Shen Zhuang  形神庄, la « deuxième » méthode du Zhi Neng Qi Gong 指能气功

s’intitule  Li Zhang Fen Zhi Chang Jing Mai 立掌分指畅经脉,

relever les paumes, séparer les doigts, ouvrir les méridiens.

 

 

  1.              EXPLICATION DES MOUVEMENTS :

 

  1. Le corps est droit et centré, les deux bras sont alignés à hauteur des épaules ; les majeurs guident le mouvement pour relever les paumes à la verticale. Utiliser la force interne pour ouvrir le centre des paumes. En même temps tirer le dos des mains vers soi et pousser la base des doigts vers l’extérieur. De cette manière, les paumes et avant-bras sont à angle droit. Sans modifier la position des mains, les bras restant à l’horizontale et sans plier les coudes, contracter et écarter les omoplates alternativement, en répétant ce mouvement 3 à 5 fois.

 

  1.  Les bras sont dans la même position, les paumes relevées. Séparer les pouces et les petits doigts, puis séparer les index et les annulaires. Pousser le centre des paumes. Rapprocher index et annulaires, puis pouces et petits doigts. Répéter 5, 7 fois, ou plus si possible.

 

  1. Détendre les paumes. Plier les doigts, articulations après articulations, enrouler les doigts vers le bas et vers l’intérieur, en forme de crochet. Les doigts se replient comme « la fleur de prunier » (La fleur de prunier mei huā  possède cinq pétales et est une des première à apparaitre en fin d’hiver. C’est un sujet classique en peinture chinoise. Elle symbolise l’union entre les vivants et la continuité dans la vie de l’homme). Le bout des pouces en contact avec le bout des autres doigts, rentrer vers le centre des paumes, en gardant un espace vide au milieu. Puis, redresser les mains, déplier les doigts articulations par articulations, de bas en haut pour finir en ouvrant les paumes, les mains relevées à la verticale. Répéter plusieurs fois de suite.

 

  1. En conduisant avec les majeurs, amener les paumes à plat, les mains dans le prolongement des bras. Effectuer le mouvement entre la gauche et la droite Tong Bi    3 à 5 fois.
Xing Shen Zhuang 3. La pratique

Points  importants à observer :

Pour pratiquer correctement cette section, il est important de garder les bras à plat, alignés de chaque coté et à hauteur des épaules. Afin d’éviter de contrôler la bonne position visuellement, on vérifiera le bon relâchement des bras. Ainsi, si les mains semblent lourdes alors que les épaules sont détendues, cela signifiera que les mains sont trop basses. A l’inverse, si les mains semblent légères alors que les épaules sont lourdes, les mains sont trop hautes. Il conviendra alors d’ajuster la position des bras en conséquence. En ce qui concerne les mouvements des doigts, il convient de respecter strictement l’ordre décrit pour écarter et rapprocher. L’on ne fera donc pas les mouvements avec tous les doigts en même temps. Pour les mouvements d’enroulement et de déroulement des poignets et des doigts, on se concentrera tout particulièrement sur les dernières phalanges, milieu et bout des doigts. Chaque petite articulation est importante et l’on y accordera toute son attention. Peu à peu, au fil de la pratique, le mouvement global gagnera en aisance et en fluidité.

 

Effets :

Au bout des doigts arrivent trois méridiens Yin des mains, et partent trois méridiens Yang, soit les six méridiens des mains. Les points d’acupuncture situés sur le bout des doigts sont appelés points « puits » jing xue 井穴.Ces points sont des portes d’entrée et de sortie à travers lesquels le Qi qui circule dans les méridiens peut sortir pendant que le Qi qui vient de l’extérieur peut rentrer. (Ces points sont également en acupuncture des points de changement de polarité de l’énergie qui peut se changer en Yin ou en Yang  en raison de l’instabilité du Qi dans ces zones).  Li Zhang Fen Zhi Chang Jing Mai 立掌分指畅经脉, va donc travailler à améliorer les fonctions des points « puits » de manière à favoriser la circulation du Qi et du sang.

Le mouvement « séparer les doigts » travaille principalement sur les trois méridiens Yin et mobilise le Qi sur la face interne des bras, avec éventuellement une sensation légèrement douloureuse. Le mouvement « enrouler les doigts et les poignets » travaille principalement sur les trois méridiens Yang des mains pour mobiliser le Qi de la face externe des bras, également avec aussi une sensation éventuellement douloureuse. La pratique de ces deux mouvements fait donc interagir le Yin et le Yang de façon concomitante. Dans le même temps, la pratique de ces mouvements, en mobilisant le Qi au bout des doigts, amène rapidement à la perception de sensations liées au Qi. Un Qi intense au bout des doigts est utile pour les pratiques de massage, digitopression, etc. Cette section est également utile pour traiter les problèmes et maladies des membres supérieurs.

 

  1. COMPLEMENTS POUR LA PRATIQUE

 

Cette section et celle qui la précède travaillent sur les membres supérieurs. Celle-ci se concentre plus spécialement sur l’entrainement des doigts. Au bout des doigts se trouvent les points « puits », qui se trouvent tous à la racine des ongles, sauf le point 9 maître cœur, zhong chong 中冲 qui se situe à l’extrémité du majeur. L’objectif principal de cette section est de renforcer la fonction des points « puits » afin de débloquer les 6 méridiens des mains et dégager les membres supérieurs.

          La première partie consiste à relever les paumes, écarter les omoplates et séparer les doigts. (vidéo 1 :35)

Relever les paumes signifie que les mains sont à angle droit par rapport aux bras. En même temps que l’on pousse les paumes et la base des mains vers l’extérieur, il faut tirer les doigts et le dos des mains vers soi le plus possible, de sorte que le Qi puisse aller et venir, formant un système de circulation unifié. Une fois que la position est acquise, rapprocher et écarter les omoplates sans modifier la position des bras et des mains. Veiller tout particulièrement à garder le bout des doigts tiré vers l’intérieur, notamment en écartant. De cette façon, la sensation au niveau des doigts et entre ceux-ci est très intense. Au début, cependant, il est difficile de relever les paumes tout en gardant les bras, les poignets et les doigts complètement détendus, et il est normal d’utiliser un peu de force musculaire, ce qui bloquera les sensations. Il peut même y avoir une légère douleur, due à la tension musculaire, ce qui est aussi normal. Par une pratique soutenue, avec la détente, cette gêne causée par la contraction des muscles disparaitra. (Il sera bon de s’entrainer pour s’assouplir en utilisant, par exemple, un mur, l’autre main, le dessus des cuisses… L’exercice d’étirement du méridien maître-cœur est également un bon entrainement.)

Le mouvement « séparer les doigts » sera réalisé lentement et avec une amplitude de mouvement la plus grande possible. Pousser le centre des paumes, quand les doigts sont écartés, en tirant le bout des doigts vers l’arrière et en poussant la base des paumes vers l’extérieur. Pratiquer le plus longtemps possible (3 fois minimum) avec un mouvement régulier, en détendant légèrement les mains entre chaque série. Cette première partie agit plus spécifiquement sur les trois méridiens Yin des mains (cœur, maître cœur et poumon).

           La deuxième partie consiste à crocheter les doigts et à rentrer le bout des doigts dans le creux des paumes. (Vidéo 2 :19)

Tout d’abord, relaxer les poignets et tourner les paumes vers le bas. Placer son attention sur le bout des doigts et commencer à crocheter phalanges après phalanges en partant du bout des doigts, comme les griffes du tigre, jusqu’à ce que les cinq doigts se touchent. A ce moment, le dos des mains est à 45° par rapport à l’horizontale des bras. Rentrer vers l’intérieur dans le creux des paumes en gardant le bout des doigts en contact, l’extérieur des doigts est détendu alors que l’intérieur est contracté. Partir du bout des doigts vers la racine pour enrouler, et dérouler en partant de la racine des doigts vers le bout, de manière à mobiliser le Qi et le sang vers les extrémités. Ce mouvement met l’accent sur les petites articulations. Cette deuxième partie agit plus spécifiquement sur les trois méridiens Yang des mains (intestin grêle, triple réchauffeur et gros intestin)

    La troisième partie reprend le mouvement Tong bi de la deuxième section Han Jian Suo Xiang Tong Bi Jian 寒肩缩项通肩.Ceci afin de mobiliser les six méridiens Yin et Yang des mains, et tout spécialement les points « puits » aux extrémités des doigts.

 

Effets :

Les effets bénéfiques de cette troisième section sont très similaires à ceux de la deuxième section. Toute la partie du corps au dessus du diaphragme est donc concernée, notamment la poitrine. Ces mouvements sont également efficaces pour les maladies de l’intestin grêle, estomac, gastro-entérique chronique et la diarrhée fonctionnelle. Ils jouent également un rôle dans l’amélioration de la circulation sanguine cérébrale et la fonction des nerfs cérébraux.

                                                           

Concentration sur les points d’énergie :                       

Observer les 24 points des mains, situés

aux  jointures et au bout des doigts, selon

le diagrammes suivant :

    

(d’après le Dr Pang Ming)

Yves Lorand

Texte en chinois de la description des mouvement

demonstration pang ming

phalanges après phalanges !...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article