Xing Shen Zhuang 10b. La pratique

Publié le

Xing Shen Zhuang 10b

LA PRATIQUE

La dixième section de  Xing Shen Zhuang  形神庄, la « 2eme » méthode du Zhi Neng Qi Gong 指能气功s’intitule  Hui Qi Gui Yi Zhuan Hun Yuan 回气归一转混元,

ramener le Qi à l’origine et faire tourner le Hunyuan.

 

Compléments pour la pratique :

Cette section comporte deux ensembles de mouvements : « Le Hunyuan retourne à l’unité » et « le Qi retourne à l’unité ».

Le premier comporte les cercles avec le ballon et les trois têtes de la grue. Les conditions pour tenir le ballon et faire les cercles sont de détendre tout le corps, relâcher les bras et la colonne vertébrale et de garder les bras souples, sans tenir le ballon de manière rigide. Faites descendre le ballon en le tenant entre vos deux mains, relâchez vos épaules et vos coudes, puis relâchez vos poignets et vos doigts en passant devant vos genoux. Le ballon entre vos mains et celui à l’intérieur de votre corps doivent être à l’unisson. Utilisez le ballon entre vos mains pour l’appliquer sur votre corps et faites-le tourner pour ajuster le Qi dans votre corps. Il faut être bien détendu quand vous descendez et remontez. Vous devez vous accroupir aisément, mais le corps doit rester droit, sans pousser les fesses en arrière ; pour remonter, les avant-bras remontent ensembles et les coudes et les poignets suivent lentement. Ce n’est que de cette manière que le Qi dans le corps peut se mélanger ; quand les mouvements passent par le haut, vous pouvez penchez un peu le corps vers l’arrière et utiliser votre esprit pour relier le ballon avec le corps.

Faire tourner la balle...

Après la « tête de la grue » vient l’ensemble de mouvements « le Qi retourne à l’unité ». Laissez tomber vos mains, comme une fleur de lotus avec des pétales sur le dessus de votre tête, la base des paumes très proches sans se toucher, puis séparez ; après être descendus, les paumes et les doigts se soulèvent, et, sans se toucher, les paumes s’ouvrent à nouveau. Cette action est donc la suivante : abaisser, fermer, ouvrir, lever, fermer, ouvrir, vous ne pouvez pas monter directement sans ouvrir et fermer la base des paumes. Ensuite les mains ramènent le Qi en passant tout près du visage vers la poitrine, l’abdomen, puis devant les jambes jusqu’à presser les paumes des mains sur les pieds, utilisez votre esprit pour connecter le centre des mains à la terre en passant par le centre des pieds. Appuyez 3 fois vers le bas. Remonter les mains le long des jambes vers l’abdomen, la poitrine, puis utilisez les petits doigts pour pivoter les mains. En les tournant vous prenez le Qi du corps et vous le placez dans les mains.

Ouvrir-fermer...

Ensuite, effectuez le mouvement  de « ramasser le Qi » ; les deux mains devant les épaules, paumes vers l’avant, avancez la main droite en poussant le poignet, la paume verticale ; relâchez le poignet et tournez la paume vers la gauche pour recueillir le Qi, à 90° pointez le point Zhongkui, pliez le coude, passez sur l’épaule et pointez le point Qihu. Effectuez le même mouvement avec la main gauche. Après cela, prononcez « Tong » en silence trois fois et utilisez la prononciation de « Tong » pour mobiliser le Qi du palais médian. Avant de prononcer le son « Tong », placez le bout de la langue contre le palais afin de diriger le Qi vers le haut. En prononçant, le Qi est poussé vers le haut à partir du sacrum et la région du Tianmen se met à vibrer. Il s’agit d’utiliser la vibration du son pour ouvrir la porte céleste. La pulsation induite indique que le chakra du sommet du crâne, celui de la fontanelle et le cortex cérébral sont ouverts. On peut également observer au cours de la prtique différents niveaux dans la perception, soit localement, soit au niveau du périoste osseux, soit à l’intérieur du cerveau.  Il n’y a pas lieu de rechercher ces sensations, ni de chercher à les ignorer. Après avoir prononcé « tong » trois fois, il y a les cinq ouvertures-fermetures. Ces cinq ouvertures-fermetures concernent le Qi du corps entier. En faisant l’ouverture, le coude et l’épaule bougent en même temps, le poignet est fixe, c’est le coude qui conduit la main ouverte, de cette manière la sensation du Qi est forte. Ne faites pas le mouvement à partir des mains, vous perdrez la sensation de Qi. Certaines personnes ont l'impression que leurs organes internes sont mobilisés, que leur tête s'ouvre et se ferme avec eux, et que le qi du corps entier s'ouvre et se ferme avec eux. Effectuez trois ouvertures-fermetures à  la poitrine, trois ouvertures-fermetures devant  le nez, trois ouvertures-fermetures devant Yintang ainsi que trois ouvertures-fermetures sur Baihui, toutes avec les mains les doigts dirigées vers le haut. Seules les trois ouvertures-fermetures sur la fontanelle (Xinmen) se font avec les mains en biais. Faites chaque ouverture et fermeture en ramenant vos mains le plus près possible l'une de l'autre, mais sans qu’elles se touchent ; les deux paumes ne se touchent pas tant que vous n'avez pas fait les trois ouvertures et fermetures sur Baihui. Faites ensuite le mouvement de fermeture. Tirez les mains jointes vers le haut le plus loin possible, écartez les mains, paumes vers l'avant, en descendant sur les côtés. Ensuite, tournez les paumes vers le haut et refermez en guidant avec les petits doigts, les mains aussi plates et stables que si elles tenaient un bol rempli d'eau. Ramenez lentement  les coudes, les mains vers les points Dabao pour faire pénétrer le Qi dans le corps ; l'idée est de recevoir le Qi à l'intérieur, et d'expérimenter un flux de Qi qui descend jusqu'au nombril. Ensuite, massez l'abdomen.

Les neufs premières sections exercent chaque partie du corps séparément, et la dixième section consiste à exercer toutes les parties du corps en même temps, de manière que l’accumulation du Qi et du sang dans chaque partie du corps soit mélangée et rééquilibrée. Cette partie de l’exercice, en particulier les subtilités des cinq ouvertures-fermetures, exigera au pratiquant un certain temps avant de devenir compétent.

Pour pratiquer ce Qigong, la première exigence est que le corps et l'esprit soient en harmonie, c'est-à-dire que les mouvements soient bien combinés avec l'intention. Une fois que vous avez pratiqué l’enchainement des postures, faites les mouvements avec les yeux fermés comme si vous vous regardiez dans un miroir. C'est la deuxième étape. Ensuite, regardez vaguement  l'intérieur de votre propre corps, pas tellement pour voir, mais plutôt pour ressentir. Ce sont là les différents niveaux pour fusionner le corps et l'esprit, et cela amène le Qi progressivement vers des niveaux plus profonds. 

Si vous vous en tenez à la structure physique de manière rigide, en pensant au corps et non pas au Qi, votre esprit et le Qi seront retenus par la forme corporelle, ce qui est la manière la plus basse de concevoir la pratique. Pour chaque mouvement des dix sections de ce Qigong dynamique, il importe de pratiquez avec soin et de façon répétée dans un premier temps ; puis, ne pensez plus au mouvement lorsque vous pratiquez, mais faites cela d’une manière cool, détendue et confortable. Si une personne affaiblie n'est pas en mesure de pratiquer l'ensemble de l’exercice, elle peut choisir de pratiquer en fonction de son état. Si vous rencontrez  des patients particuliers ayant des difficultés à se mouvoir, vous pouvez également choisir une certaine section de l’exercice en fonction de leur état et leur indiquer les mouvements, les éléments essentiels et les effets de cette partie de l’exercice, afin qu'ils puissent y réfléchir et en faire l'expérience, et de cette manière en retirer certains bénéfices.

 

Il n’y a pas de points d’énergie à observer dans cette dixième section, ni dans la fermeture.

 

d’après le Dr Pang Ming

Yves Lorand

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article