Le centre HUAXIA de ZNQG

Publié le

HUAXIA

 CENTRE D’ENTRAINEMENT AU ZHINENG QIGONG.

Huaxia Zhineng Qigong Peixun Zhongxin

华夏智能气功培训中心

1988-2000

 

 « Le Centre d’entrainement et clinique de Zhineng Qigong (ZNQG) « Huaxia », compte normalement plus de quatre mille personnes, dont des médecins, des patients, des professeurs de ZNQG, des stagiaires et du personnel d'accompagnement. Le centre a été créé en 1988 dans la ville de Zigachong, puis transféré en 1992 dans la ville de Qinhuangdao. En 1995, il a de nouveau déménagé à son adresse actuelle, un ancien hôpital militaire dans la ville de Fengrun, à deux heures de train de Pékin. Il est dirigé par son fondateur, le Dr Pang Ming, un grand maître de Qigong et un médecin formé à la fois à la médecine occidentale et à la médecine traditionnelle chinoise. Cet hôpital est le plus grand de son genre en Chine et probablement dans le monde. Le centre supprime les médicaments et les régimes spéciaux en faveur de l'exercice, de l'amour et de l'énergie vitale. Il s'agit d'une organisation à but non lucratif qui est reconnu par le gouvernement chinois comme une clinique légitime. Au fil des ans, le Centre a traité plus de cent quatre-vingts maladies, le taux de réussite global étant supérieur à 95 %.

J'ai passé tout le mois de mai à vivre dans le centre, à observer directement le fonctionnement de l'hôpital et à interviewer plus de cent personnes qui se sont miraculeusement remises de maladies incurables telles que le cancer, le diabète, l'arthrite, les maladies cardiaques, la dépression grave, la paralysie et le lupus systémique. J'ai souvent été ému aux larmes en écoutant ces récits de lutte héroïque contre la maladie. Une mère m'a raconté qu'elle était si faible qu'elle ne pouvait même pas prendre un couteau de cuisine pour se tuer et qu'elle a donc tenté de mettre fin à ses jours en s'abstenant de manger. Mais lorsque son fils de six ans a essayé de lui donner un bol de lait à la cuillère pendant que son fils de onze ans tenait une serviette pour essuyer les dégâts, elle a décidé de vivre à tout prix. Comme les médecins ne pouvaient pas l'aider, elle s'est tournée vers le ZNQG et, contre toute attente, elle s'est rétablie. Elle est maintenant enseignante au Centre.

Le ZNQG, la méthode employée au Centre, a été développée par le Dr Pang. Cette méthode se fonde sur le concept de Qigong vieux de 5 000 ans, ainsi que sur les connaissances médicales modernes. Le Dr Pang, connu sous le nom révérencieux de Laoshi (professeur/maître), a écrit plus de neuf livres sur le ZNQG.

Le ZNQG comporte quatre aspects :

- La croyance forte (Shan Shin) : la croyance que le Qi, ou énergie vitale, peut guérir tous les maux, y compris le sien. Les étudiants renforcent cette conviction en écoutant les témoignages de patients guéris et en apprenant à connaître le Qi et ses effets curatifs.

- La guérison de groupe (Chu Chong) : avant qu'un groupe d'étudiants ne commence le ZNQG, l'enseignant synchronise verbalement la pensée du groupe pour obtenir le Qi de l'univers et le faire descendre dans un champ d'énergie de guérison, enveloppant tout le monde, y compris l'enseignant lui-même. L'effet de guérison est renforcé car le groupe agit comme un seul individu.

- La guérison par le Qi (Fa Qi) : facilitation de la guérison par le Qi émit par les enseignants Les enseignants apportent l'énergie de guérison de l'univers à chaque individu pour faciliter la guérison.

- La pratique (Lan Gong) : les élèves apprennent les méthodes de ZNQG faciles à exécuter et les pratiquent encore et encore.

Traitement des patients 

Lorsqu'un patient entre à l'hôpital, il est diagnostiqué par un médecin, puis affecté à une classe d'une cinquantaine de personnes pour une période de traitement de 24 jours. Il passe la majeure partie de son temps à pratiquer le ZNQG, huit heures par jour, sans télévision, journaux ou téléphone. Ceux qui peuvent se lever s'entraînent debout ; ceux qui peuvent s'asseoir s'entraînent sur leur chaise ; et ceux qui ne peuvent pas bouger s'entraînent dans leur lit. J'ai été ému par le dévouement de ces étudiants.

Malgré ses succès étonnants en matière de guérison, le Centre est peu connu, même en Chine, en raison de sa politique consistant à ne pas faire de publicité dans les journaux ou les magazines. Cependant, le Centre est bien connu parmi les quelque huit millions de praticiens de ZNQG. Grâce au bouche à oreille, des milliers de personnes de toute la Chine viennent au Centre chaque mois. En effet, le ZNQG a un grand nombre d'adeptes et le Centre est le cœur de cette vaste organisation. De nouvelles techniques de traitement des maladies sont développées quotidiennement.

Par exemple, une nouvelle façon de démontrer l'efficacité du Qi pour traiter le cancer a été mise au point. J'ai assisté au traitement d'un patient atteint d'un cancer par quatre maîtres de ZNQG, tandis que le cancer de la vessie du patient était visualisé sur un écran via une machine à ultra-sons, et surveillé par deux médecins. Le cancer a littéralement disparu sous mes yeux en moins d'une minute alors que les enseignants émettaient du Qi dans le patient, dissolvant le cancer ! En fait, j'ai filmé cet acte incroyable. Dix jours plus tard, j'ai demandé aux médecins de vérifier si la tumeur du patient avait disparu. Avec bienveillance, les médecins ont repassé la vessie du même patient sur l'écran et nous n'avons vu aucune trace de cancer. Plus tard, on m'a dit qu'une équipe d'une grande chaîne de télévision allemande, en visite au centre une semaine auparavant, avait réussi à filmer le même processus avec d'autres patients atteints de cancer.

Le Centre compte plus de six cents employés, dont vingt-six médecins formés à l'occidentale. Comme aucun médicament n'est prescrit, il n'y a pas de pharmaciens. Les médecins, qui préfèrent être appelés enseignants, ne jouent qu'un rôle mineur dans cet hôpital spécial. De temps en temps, on fait appel à eux pour des cas d'urgence. Leur principale fonction est de diagnostiquer les patients lorsqu'ils viennent s'inscrire et à nouveau après chaque période de formation de 24 jours.

Leurs diagnostics sont classés en quatre catégories à des fins statistiques.

- Guérison : Les symptômes disparaissent et les instruments appropriés (p. ex. ECG, échographie, radiographie, tomographie, etc.) enregistrent des résultats normaux.

- Très efficace : Les symptômes disparaissent presque et les instruments montrent une grande amélioration.

- Efficace : Améliorations notables, et l'étudiant peut manger, dormir et se sentir bien.

- Non efficace : Aucun changement ou même pire.

Selon le " Résumé des effets curatifs du Zhineng Qigong sur les maladies chroniques ", publié par le Centre en 1991, les données de 7 936 patients ont montré un taux de guérison efficace global de 94,96%. (15,20% de guérison ; 37,68% de guérison très efficace ; 42,09% d'efficacité).

Au Centre, quel que soit le degré de maladie d'une personne, on s'adresse toujours à elle en tant qu'"étudiant" et jamais en tant que "patient". Pourquoi ? Parce qu'elle apprend un art dont le but est de se guérir soi-même, et non de dépendre des médecins. Il n'existe donc aucune relation médecin-patient.

Les étudiants sont inscrits à un programme de traitement de 24 jours. Les frais de scolarité ne sont que de cent yuans (environ dix euros). Les étudiants peuvent dépenser ainsi moins de six cents yuans (environ soixante euros) par mois ! Le Centre est probablement l'hôpital le moins cher du monde et est véritablement une organisation à but non lucratif. Pourtant, le Centre est une organisation indépendante, autosuffisante, sans aucune aide du gouvernement ou de fondations privées. Comment fonctionne-t-il de manière aussi efficace ? Parce que beaucoup de médecins, d’enseignants et de personnel d'accompagnement sont d'anciens étudiants qui sont eux-mêmes guéri de maladies graves et qui sont maintenant revenus volontairement "servir les malades", avec une très faible rémunération. Les enseignants jouent le rôle de médecin, d'infirmière, d'assistante sociale, de parent, d'ami, de frère et de sœur. Leur efficacité est mesurée par le taux de guérison de leurs élèves.

Une autre raison de l'efficacité du Centre, malgré son faible budget, est qu'il utilise la thérapie de groupe. Les étudiants vivent en groupes de quatre, huit ou seize personnes par chambre. En vivant en groupe, les étudiants développent un esprit de coopération, d'attention et d'amour les uns envers les autres. Beaucoup de ceux que j'ai interrogés avaient été rejetés par leurs anciens hôpitaux comme étant "incurables", et avaient donc considéré le Centre comme leur dernier espoir. Comme s'ils naviguaient sur le même bateau dans l'océan, les étudiants se serrent les coudes contre la maladie, leur ennemi commun.

Formés pour guérir

Tout comme les hôpitaux s'associent à des écoles de médecine pour former les jeunes à la profession médicale, le Centre dispose également d'écoles de ZNQG pour former les professionnels. Il existe une académie de Zhineng Qigong et des écoles de formation d'instructeurs d'un mois et de trois mois. L'académie, créée en 1992, propose un programme de formation de deux ans pour les jeunes hommes et femmes de moins de 30 ans ayant au moins le niveau du lycée. Les programmes de formation d'instructeurs d'un mois et de trois mois s'adressent à toute personne intéressée par le ZNQG. On m'a dit qu'il y a généralement plus de mille étudiants dans les deux programmes à l'école.

En outre, tout comme les hôpitaux prestigieux ont des programmes de recherche, le Centre a de nombreux projets de recherche en cours, à la fois sur place et sur différents campus universitaires du pays. Lorsque j'ai demandé au responsable, un professeur d'université à la retraite, de me montrer quelques articles publiés, il m'a donné deux volumes de données d'expérience, aussi épais qu'un annuaire téléphonique !

Outre les médecins, les enseignants et les étudiants, il y a des centaines de personnes qui travaillent dans les bureaux, la cafétéria, la librairie, etc. Tous sont des praticiens de ZNQG et ils pratiquent  ensemble le matin et le soir, environ trois heures par jour. Comme ils le disent, ce n'est pas vraiment un travail, c'est une pratique de ZNQG.

Le centre n'est ouvert que dix mois par an en raison du manque de chauffage dans les salles en hiver. Le Centre est en train de construire un nouveau lieu, la "Ville du Zhineng Qigong" dans un endroit près de Pékin, avec de meilleures installations pour accueillir le nombre toujours croissant d'étudiants, y compris des personnes venant de l'étranger.

J'ai demandé au fondateur, le docteur Pang, pourquoi il n'avait pas fait la promotion du ZNQG dans le monde plus tôt. Il m'a répondu que beaucoup de gens ont besoin de preuves pour savoir si le Qi fonctionne ou non. Alors, au lieu de se disputer avec les autres, il a préféré travailler solidement en traitant des patients et en recueillant des données précieuses.

C'est ainsi que des dizaines de milliers de cas documentés sur une période de dix ans ont été recueillis et que les responsables du Centre peuvent déclarer : "Maintenant, nous sommes prêts. S'il vous plaît, dites au monde que nous existons et que le Zhineng Qigong peut bénéficier à l'humanité !" »

Quand, sur ordre du gouvernement, le Centre Huaxia fut fermé, les enseignants et les permanents retournèrent dans leurs villes respectives, où certains purent continuer d’enseigner. Le Docteur Pang, quand à lui, continua de pratiquer tout en se consacrant à l’écriture de nouveaux ouvrages. En 2010, malheureusement, son existence connu un nouveau tournant. Le gouvernement chinois exigea de lui la signature d’un engagement lui interdisant à jamais d’enseigner ou de guider des groupes de Zhineng Qigong. 

Traduit de l’anglais et adapté d’après un article de Luke Chan (1998). Source des vidéos : Escuela Shen Ji, « El arte de la auto-curation ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article